Couches lavables Hamac : impacts environnementaux

  Analyse de cycle de vie comparative des couches Hamac® et

des couches jetables en France

Juin 2013

Le rapport d'Analyse de Cycle de Vie (ACV) des couches lavables Hamac et des couches jetables a été commandité et réalisé par la société Génération Plume en collaboration avec la société ELO2, représentée par Monsieur Bruno Toueix, expert de l'ACV et de l'éco-conception.

 

 Sommaire

Liste des figures. p5

Liste des tableaux. p7

Avant propos. p9

Introduction. p12

Contexte de l’étude. p12

Les couches pour bébé. p13

Autres études d’évaluation environnementale réalisées sur les couches pour bébé. p16

Analyse critique de l’ACV britannique : « Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK ». p17

I. Définition des objectifs et du champ de l’étude. p21

I.1          Objectifs et méthodologie de l’étude

I.2          Fonctions du système. p21

I.3          Unité fonctionnelle. p21

I.4          Contextes d’usage et flux de référence. p22

            I.4 1- L’usage domestique et l’usage en crèche. p22

            I.4 2 -Le flux de référence. p23

I.5          Frontières des systèmes couches jetables et couches Hamac®. p23

I.6          Le système des couches Hamac®. p25

             I.6 1- Les composants - couches Hamac®. p25

             I.6 2- Les transports - couches Hamac®. p26

             I.6 3- L’utilisation (en usage domestique) - couches Hamac®. p27

             I.6 4- La fin de vie - couches Hamac®. p33

I.7          Le système des couches jetables. p38

              I.7 1- Les composants - couches jetables. p38

              I.7 2- Les transports - couches jetable. p38

              I.7 3- L’utilisation- couches jetables. p38

     I.7 4- La fin de vie - couches jetables. p39

I.8          Urines/selles. p43

I.9          Les hypothèses, les données et les sources de cette étude. p44

            I.9 1 - Les hypothèses. p44

               I.9 2 – Les exigences et la qualité des données. p44

               I.9 3 - La revue critique. p45

II. Inventaire du cycle de vie. p46

II.1         Les couches  Hamac® à usage domestique. p46

               II.1 1 - Phase de production – couche Hamac® (composants et emballages). p46

               II.1 2 - La phase d’utilisation à usage domestique sur 2 ans ½ –couche Hamac®. p52

               II.1 3 – La phase de transport –couche Hamac ®. p53

               II.1 4 – La phase de fin de vie –couche Hamac ®. p54

               II.1 5 - Analyse de la qualité des données. p55

II.2         Les couches Hamac® en crèche. p56

II.3         Les couches jetables. p61

               II.3 1- la phase de production des couches jetables. p62

               II.3 2 – La phase de transport des couches jetables. p63

               II.3 3 - La phase de fin de vie des couches jetables. p63

III. Evaluation de l’impact du cycle de vie des couches Hamac® et des couches jetables. p64

III.1       Définition des catégories d’impacts et des méthodes de calcul. p64

III.2       L’évaluation de l’impact du cycle de vie des couches Hamac®. p67

               III.2 1 – le scénario« à usage domestique », caractérisation. p67

               III.2.2- Le scénario « usage en crèche ». p81

III.3       Evaluation de l’impact du cycle de vie des couches jetables. 84

               III.3 1 – Le scénario « usage domestique »des couches jetables. p84

               III.3 2- Le scénario « usage en crèche » des couches jetables. p88

III.4       Comparaison de l’impact du cycle de vie des systèmes couches Hamac® et couches jetables. p89

               III.4 1 – Le scénario « usage domestique » des deux systèmes. p89

               III.4 2 – Le scénario « usage en crèche » des deux systèmes. p92

III.5       Analyse de sensibilité pour un usage domestique. p95

III.6    Analyse de sensibilité pour un usage en collectivité. p107

III.7       Calcul d’incertitude. p116

III.8       Limite de l’étude. p117

III.9       Interprétation des résultats et conclusions. p117

Annexes 130

Liste des figures :

Figure 1 : Couche Hamac 13

Figure 2  : Deux absorbants en coton bio et chanvre 13

Figure 3: Deux absorbants en microfibre 13

Figure 4 : Un absorbant jetable 13

Figure 5: Mode d’emploi couche Hamac®  14

Figure 6 : Une couche jetable 15

Figure 7: Trousse kit d'essai Hamac 26

Figure 8: Duo absorbants lavables 26

Figure 9: Couche à l'unité 26

Figure 10 : Cycle de vie des couches Hamac® 37

Figure 11 : Cycle de vie des couches jetables 42

Figure 12 : Caractérisation du cycle de vie des couches Hamac® pour un usage domestique scénario Hamac® Microfibre (figure et tableau) 67

Figure 13 : Caractérisation du scénario microfibre sans fin de vie 69

Figure 14 : Détails des impacts pour la phase de production scénario microfibre Hamac 69

Figure 15 : Détails de la phase d’utilisation pour l’impact gaz à effet de serre 71

Figure 16 : Détails de la phase d’utilisation pour l’impact disparition des ressources naturelles 71

Figure 17 : Emissions de gaz à effet de serre scénario Hamac® Microfibre 72

Figure 18 : Caractérisation du Scénario Hamac® coton bio sur tout le cycle de vie 75

Figure 19 : Caractérisation du Scénario Hamac® coton bio sans fin de vie 75

Figure 20 : Caractérisation du scenario Hamac® ¼ ¾ coton bio sur tout le cycle de vie 76

Figure 21 : Caractérisation du Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio sans fin de vie 76

Figure 22 : Caractérisation du Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre  sur tout le cycle de vie 78

Figure 23 : Caractérisation du Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre sans fin de vie 78

Figure 24 : Comparaison des scénarios d’utilisation des couches Hamac® pour un usage domestique 79

Figure 25 : Caractérisation du cycle de vie des couches Hamac® en crèche 81

Figure 26 : Comparaison du cycle de vie des couches Hamac® en crèche avec 3 et 4 changes/jour 83

Figure 27 : Caractérisation de l’impact du cycle de vie des couches jetables 84

Figure 28 : Caractérisation du cycle de vie des couches jetables 85

Figure 29 : Emissions de gaz à effet de serre couches jetables par phase du cycle de vie 85

Figure 30 : Caractérisation pour l’utilisation des couches jetables pour un usage en crèche 88

Figure 31 : Comparaison de l’impact du cycle de vie des couches Hamac® et couches jetables 89

Figure 32: Comparaison de l’impact du scénario Hamac® Microfibre et couches jetables 90

Figure 33 : Comparaison de l’émission de gaz à effet de serre des couches jetables versus le scénario Hamac® microfibre 91

Figure 34 : Comparaison de l’impact du cycle de vie des couches Hamac® et des couches jetables en crèche 93

Figure 35 : Comparaison des différents scénarios des couches lavables et jetables avec le mix énergétique UTCE   95

Figure 36 : Comparaison des différents scénarios des couches lavables et jetables avec le mix énergétique UTCE méthode affichage environnemental 96

Figure 37 : Comparaison des différents scénarios des couches lavables et jetables avec le mix énergétique UTCE méthode ReCiPe Endpoint 96

Figure 38 : Comparaison du cycle de vie du scénario de référence avec 81,5 g et 60 g de lessive 98

Figure 39: Comparaison scénario de référence avec un lavage à 40°C  pour 100% des utilisateurs 99

Figure 40: Comparaison du scénario de référence avec et sans décrassage 100

Figure 41:Comparaison des couches lavables et jetables sur cinq années (utilisation pour un deuxième enfant) 101

Figure 42:Comparaison des lessives 103

Figure 43: Scénario avec machine non pleine 104

Figure 44:Comparaison du scénario de référence  (scénario Hamac® microfibre) optimisé (plusieurs hypothèses) avec les couches jetables 105

Figure 45:Caractérisation avec les  méthodes proposées par l’affichage environnemental 107

Figure 46:Evaluation des impacts sous l’angle dommage 108

Figure 47: Comparaison scénario Hamac® microfibre et couche jetable avec 4,16 changes et 5,15 changes  109

Figure 48: Comparaison avec et sans sèche-linge en crèche 114

Figure 49: Comparaison des scénarios avec une durée de vie de 1 an pour les couches Hamac® 115

Figure 50: Calcul d’incertitude avec la méthode Monte Carlo 116

Figure 51: Comparaison (sur une base de 100% pour le scénario le plus impactant) des différents usages des couches Hamac® avec l’usage des couches jetables pour un bébé de 0 à 2 ans 1/2 selon le flux de référence 120

Figure 52: Comparaison de l'impact du cycle de vie des couches Hamac scénario microfibre, scénario microfibre 1/4 3/4 et des couches jetables 123

Figure 53: Comparaison de l'impact du cycle de vie des couches Hamac® et des couches jetables en crèche 125

 

Liste des tableaux :

Tableau 1  Correspondance des tailles des couches et des absorbants Hamac® 14

Tableau 2 : Entretien des couches et absorbants lavables Hamac® (enquête Hamac®) 28

Tableau 3 : Température de lavage des couches et absorbants Hamac® (enquête Hamac®) 28

Tableau 4 : Consommation d’électricité d’une machine (sur base de part de marchés) 29

Tableau 5 : Poids couche et absorbants lavables à la sortie de la machine à laver 31

Tableau 6 : Consommation électrique des sèches- linge par classe énergétique (sur la base de part de marchés) 32

Tableau 7 : Composition urine 43

Tableau 8 : Composition selles 43

Tableau 9 : Description des composants des couches Hamac® à usage domestique 47

Tableau 10 : Conditionnement des couches Hamac® à usage domestique 48

Tableau 11 : Sac poubelle (contenance 20 litres) 49

Tableau 12 : Composition produit de lessive étude Ariel poudre fraicheur alpine 49

Tableau 13 : Flux de référence pour l’utilisation des couches Hamac® à usage domestique 51

Tableau 14 : Consommation électricité/eau pour la fabrication des produits Hamac® domestique 51

Tableau 15 : Description de la phase d’utilisation des couches Hamac® à usage domestique 52

Tableau 16 : Etapes de la phase de transport des couches Hamac® 54

Tableau 17 : Scénarios de fin de vie des composants des couches Hamac 54

Tableau 18 : Masse de déchets envoyés aux OMR 55

Tableau 19 : Flux de référence pour l’utilisation des produits Collectivités Hamac® (couches, absorbants, voiles) 58

Tableau 20 : Consommation eau/électricité pour la  fabrication des produits Collectivités Hamac® (couches, absorbants, voiles) 58

Tableau 21 : Description de la phase d’utilisation des couches Collectivités Hamac® en crèche 60

Tableau 22 : Composition d’une couche jetable 62

Tableau 23 : Composants pour le conditionnement des couches jetables 62

Tableau 24 : Sacs poubelle 62

Tableau 25 : Consommation eau et électricité pour la fabrication des couches jetables  63

Tableau 26 : Etapes de la phase de transport des couches jetables  63

Tableau 27 : Scénarios de fin de vie des composants de la couche jetable et des consommables associés  63

Tableau 28 : Catégories d’impacts évaluées durant cette étude  64

Tableau 29 : Caractérisation du cycle de vie des couches Hamac® pour un usage domestique scénario Hamac® Microfibre (figure et tableau) 68

Tableau 30: Différents processus responsables  de l'impact "épuisement des ressources naturelles non renouvelables"  72

Tableau 31: Différents processus responsables de l'impact "Réchauffement climatique"  73

Tableau 32: Différents processus responsables de l'indicateur de flux "consommation d'eau" 74

Tableau 33 : Résultats des 4 scénarios des couches lavables 79

Tableau 34 : Caractérisation du cycle de vie des couches Hamac® en crèche  81

Tableau 35 : Comparaison du cycle de vie des couches Hamac® en crèche avec 3 et 4 changes/jour  83

Tableau 36 : Caractérisation de l’impact du cycle de vie des couches jetables  84

Tableau 37 : Analyse de l’inventaire du cycle de vie de l’utilisation des couches jetables à usage domestique pour l’indicateur « réchauffement climatique »  86

Tableau 38 : Analyse de l’inventaire du cycle de vie de l’utilisation des couches jetables à usage domestique pour l’indicateur « épuisement des ressources naturelles non renouvelables »  86

Tableau 39 : Analyse de l’inventaire du cycle de vie de l’utilisation des couches jetables  à usage domestique pour l’indicateur « consommation d’eau »  87

Tableau 40: impact profile for disposable nappy systems (1 child, 2,5 years, 4,16 changes /day) - tableau tiré de l'ACV Anglaise  87

Tableau 41 : Valeurs de caractérisation pour l’utilisation des couches jetables pour un usage en crèche  88

Tableau 42: Comparaison de l’impact du cycle de vie des couches Hamac® et couches jetables  89

Tableau 43 : Comparaison des impacts en crèche  92

Tableau 44 : Comparaison des différents scénarios des couches lavables et jetables avec le mix énergétique UTCE   95

Tableau 45 : Comparaison du scénario Hamac® Microfibre de référence  97

Tableau 46 : Composition de la lessive présentée dans l’étude Saouter  103

Tableau 47: Méthodes de caractérisations pour les indicateurs d’impacts  106

Tableau 48 : Caractérisation avec les  méthodes proposées par l’affichage environnemental 107

Tableau 49: Rendement des centres d'incinération pour la production de chaleur et d'électricité  111

Tableau 50: PCI des matériaux utilisés pour la fabrication des couches jetables  112

 

Avant propos

Cette étude se rapporte au domaine de l’hygiène corporelle externe et plus particulièrement aux couches pour bébés destinées à absorber et retenir les sécrétions.

Dans ce domaine, il existe plusieurs familles de produits : tout d’abord les produits lavables qui existent depuis des siècles. Les couches ou langes constitués de grands carrés de gaze ou molleton de coton à plier en fonction de la morphologie du porteur se développent depuis le XIXème siècle. Le fait de plier un carré de tissu en coton et de le sécuriser avec une épingle ou un autre moyen d’attache rend ce système compliqué et requiert une certaine habilité notamment sur le corps d’un bébé en mouvement. S’il a l’avantage d’être peu onéreux et donc accessible à tous, ce type de produits provoque en outre des fuites.

Le problème du lavage des couches et des produits équivalents a été résolu de façon radicale par l’apparition de produits jetables - à usage unique - au début des années 1970 en France. Les couches culottes et autres articles jetables comportent en général une masse absorbante disposée entre un voile perméable côté corps et une feuille imperméable - par exemple en polyéthylène - côté extérieur. Le fait que ces produits soient à usage unique entraîne bien entendu une consommation importante et un coût qui peut devenir pesant dans un budget familial. Des couches jetables à bas coût ont été développées et commercialisées mais elles entraînent parfois des problèmes d’irritation de la peau des bébés et/ou des fuites. En outre, les produits jetables doivent être éliminés d’une manière ou d’une autre. S’ils sont jetés dans les poubelles, ils en accroissent naturellement le volume et leur traitement représente alors un coût et une dépense énergétique qui peut s’avérer importante. Des contraintes d’ordre environnemental sont donc induites par ces produits à usage unique. Par ailleurs, si les articles, généralement à base d’ouate de cellulose, sont jetés dans des canalisations, ils doivent nécessairement être délitables afin de ne pas les obstruer. Cette caractéristique a en elle-même un coût.

Des solutions intermédiaires entre ces deux grandes familles sont connues. Il existe depuis les années 1990 de nouvelles couches lavables, des couches préformées présentant une forme anatomique, et qui sont élastiquées notamment au niveau des cuisses et dans le dos du bébé. Ces couches sont généralement dotées d’un système de fermeture réversible tel que des bandes auto-agrippantes ou des boutons pressions. D’utilisation plus aisée que les langes à l’ancienne, les couches lavables préformées, aujourd’hui répandues en Allemagne ou au Royaume-Uni, présentent des inconvénients notamment liés à leur tenue, leur volume, temps de séchage et leur étanchéité.

Les couches Hamac® visent à remédier aux inconvénients de l’état de la technique et notamment à proposer des couches absorbantes réutilisables qui soient à la fois confortables, étanches, simples d’utilisation et simples d’entretien.

De l’âge de 0 à 2 ans ½, un enfant consomme en moyenne cinq couches jetables par jour, soit un total d’environ 4 562 couches. Cela génère environ 20 m3 de déchets, soit 800 kg[1].

Les couches lavables et les couches jetables remplissent la même fonction : absorber et contenir les rejets d’un enfant - urines et selles - pendant une période de temps donnée. Cependant, elles impactent l’environnement, chacune à leur manière. En effet, dans le cas de la couche lavable, la phase d’utilisation est importante (entretien de la couche, utilisation d’eau et de lessive...). Dans le cas du jetable, à usage unique, ce sont les phases de production et de fin de vie qui ont le plus d’impacts.

La couche Hamac® est un produit innovant par son principe anti-fuite breveté et par le choix qu’elle propose aux utilisateurs : un mode d’absorption lavable ou jetable, au choix.

Cette étude permettra de mesurer les impacts environnementaux et les flux suivant ces modes  d’absorption et de les comparer entre eux.

L’objectif de l’étude vise également à comparer l’usage des couches Hamac et celui des couches jetables, mesurer leurs impacts et identifier les impacts de l’un ou de l’autre des deux systèmes. 

Cadrage de l’étude : La présente étude d’analyse de cycle de vie permet de comparer les impacts environnementaux et les flux des différents usages des couches Hamac® et ceux des couches jetables, en France, au cours de la période 2010-2011.

L’objectif pour la société Génération Plume, l’inventeur de la couche Hamac®, est d'évaluer les impacts pour avoir les informations nécessaires pour une amélioration future des couches Hamac.

Génération Plume souhaite communiquer à ses utilisateurs comment réduire les impacts des couches  et les informer sur les impacts des couches Hamac et des couches jetables

Cette Analyse de cycle de vie comparative des couches Hamac et des couches jetables, étant destinée  à être communiquée au grand public, a fait l’objet d’une revue critique réalisée par un comité d’experts réunissant des professionnels indépendants du secteur [suivant les normes ISO 14044 et ISO 14040].

La revue critique dirigée et coordonnée par Monsieur Bertrand Laratte, ingénieur de recherche de l'UTT (Université de Technologie de Troyes), a réuni trois experts indépendants du domaine :

Monsieur Sébastien Humbert, vice-président des affaires scientifiques, de la société QUANTIS en Suisse ; Madame le Professeur Anne Perwuelz, enseignant chercheur de l'ENSAIT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles) ; Monsieur Yves Massart, manager environnement de l’enseigne AUCHAN et son collègue Monsieur Patrice Zirotti, ingénieur emballage et productivité de l’enseigne AUCHAN.

Ces experts ont, pendant 6 mois, révisé le rapport tant au niveau de la concordance avec les normes en vigueur relatives à l’ACV qu’au niveau des données techniques (fabrication, matières premières, marché,etc).

Coordonnées :

 

- Monsieur Bertrand Laratte, UTT (Université de Technologie de Troyes)

12 rue Marie Curie, CS 42060, 10004 Troyes cedex.

Tél. : (33)3 25 71 76 00, Fax : (33)3 25 71 76 76, Courriel : bertrand.laratte@utt.fr

- Monsieur Sébastien Humbert, QUANTIS

Parc scientifique de l'EPFL, Bât. D, 1015 Lausanne,  Switzerland

Tél. : (41) 79 754 75 66, Courriel : sebastien.humbert@quantis-intl.com

- Madame Anne Perwuelz, ENSAIT  (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles)

2 Allée Louise et Victor Champier  59100 Roubaix

Tél. : (33)3 20 25 64 69, Courriel : anne.perwuelz@ensait.fr 

 

Introduction 

Contexte de l’étude

Génération Plume est une start-up éco innovante qui propose un nouveau concept de couches lavables et réutilisables pour bébés. Ces couches sont commercialisées sous la marque Hamac® depuis le mois de juin 2010. Elles ont la particularité d’être mi-lavables, mi-jetables. La société a également développé une version de son produit destinée aux collectivités (crèches). L’objectif premier de l’entreprise est la réduction des déchets par l’innovation de produits grand public, ici liés au change des couches des enfants.

Génération Plume est inscrite depuis sa création dans une politique de progrès et de recherche en vue de limiter les impacts environnementaux et sociétaux de ses produits. L’entreprise a pris la décision de fabriquer ses produits en Europe. Les couches Hamac® font d’ailleurs partie des premiers produits à avoir obtenu le nouveau label « Origine France Garantie® ». Ce label, lancé le 19 mai 2011 est décerné aux produits remplissant les deux conditions suivantes : 50 % au moins de la valeur ajoutée du produit doit être acquise en France et le lieu, où le produit prend ses caractéristiques essentielles, est situé en France.  Dans les faits, Génération Plume réalise plus de 77% de la valeur ajoutée de ses produits en France et jusqu’à 84% pour les couches elles-mêmes.

La société Génération Plume souhaite comparer l’impact environnemental du cycle de vie de son produit à celui d’une couche jetable que ce soit pour un usage domestique ou en crèche. Elle a eu recours pour cela à l’Analyse de Cycle de Vie (ACV), suivant les normes ISO 14044 et ISO 14040 (Management environnemental - Analyse du cycle de vie - Exigences et lignes directrices/ Management environnemental - Analyse du cycle de vie –Principes et cadre).

L’ACV (LCA en anglais : Life Cycle Assessment) est un outil permettant d’évaluer la performance environnementale d’un produit, d’un procédé ou d’un service sur l’ensemble de son cycle de vie, de l’extraction des matières premières jusqu’à sa fin de vie, en passant par les phases de production, d’utilisation et de transport.

La méthodologie de l’ACV se décompose en quatre étapes principales :

1- Définition des objectifs et du champ de l’étude

2- Analyse de l’inventaire du cycle de vie (ICV)

3- Evaluation des impacts sur l’environnement

4- Interprétation des résultats haut de page

 

Les couches pour bébé 

Deux types de couches peuvent être utilisés par les enfants : les couches jetables qui sont à usage unique et les couches lavables qui sont réutilisables après les avoir lavées. Elles remplissent la même fonction qui est celle d’absorber et de contenir les excréments (urines et selles) d’un enfant.

La couche Hamac®

La couche Hamac® se positionne comme un modèle « hybride » sur le marché des couches, étant donné qu’il est possible de l’utiliser en mode lavable et en mode semi-jetable. En effet, elle est composée d’une enveloppe (de couleur rose sur la figure 1) à l’intérieur de laquelle est suspendue une nacelle imperméable (partie blanche élastiquée sur la figure 1) dans laquelle on peut insérer un absorbant. 

Les absorbants Hamac® :

- L’absorbant lavable Hamac® avec lequel il est possible d’ajouter un voile/feuillet de protection pour recueillir les selles. L’absorbant lavable Hamac® existe sous deux modèles différents :

  • L’absorbant lavable en coton biologique/chanvre avec  une face en micro-polaire polyester.
  • L’absorbant lavable en microfibre : 100% polyester.

- L’absorbant jetable dont le noyau est en 100% cellulose - sans chlore ni « super-absorbant » (appelé SAP : Polyacrylate de sodium) entouré d’un voile en polypropylène.

Les couches Hamac® existent en quatre tailles (XS, S, M et L) pour la version à usage domestique et en trois tailles (S, M et L) pour la version destinée aux crèches.  Les absorbants Hamac® (lavables ou jetables) existent quant à eux en deux tailles. 

Taille

Poids de l’enfant

Taille des absorbants

XS

2 à 4 kg

1

S

4-8 kg

M

7-13 kg

2

L

11-18 kg

Tableau 1  Correspondance des tailles des couches et des absorbants Hamac®

Figure 5: Mode d’emploi couche Hamac®

Les couches Hamac® sont disponibles dans de nombreux magasins et sur internet.

Toutes les informations sur le produit sont disponibles sur le site internet officiel :

www.hamac-paris.com.

La couche jetable

La couche jetable est composée d’une couche externe en plastique avec fixations intégrales et un corps de matériaux absorbants avec une couche supérieure de protection. Le corps de la couche est composé de pâte fluff (fibres de cellulose) et d’un polymère absorbant, le polyacrylate de sodium (SAP). La couche supérieure est fabriquée à partir de matériaux plastiques non tissés. Les couches jetables sont multi-tailles alors que les couches lavables peuvent être soit multi-tailles (par exemple : la couche Hamac®), soit à taille unique.

Différentes marques sont commercialisées en France. Pour l’année 2008, Procter and Gamble était le leader du marché en France avec la marque Pampers (46% de part de marché en volume), suivi par les marques de distributeurs qui cumulent 33% de part de marché et de Kimberly Clark sous la marque Huggies (15%)[2].

 

Figure 6 : Une couche jetable

Autres études d’évaluation environnementale réalisées sur les couches pour bébé                                    

Plusieurs études sur l’évaluation environnementale des couches jetables et des couches lavables pour bébé ont fait l’objet de publications :

- « Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK », Environmental

Agency, mai 2005 et sa mise à jour en 2008. Mise à jour d’une ACV publiée en 2005. Document de référence étudié dans le chapitre suivant.

 

- « Etude d’une solution alternative à l’utilisation de couches jetables en garderie »Crawford, J. ; Kan, S. ; Lagarde, I. ; Raynaukt-Desgagne, P. (2006), Longueuil, Québec, Canada. Rapport fait dans le cadre d’un diplôme universitaire en gestion de l’environnement. Données issues d’un test fait dans une garderie en 2006 sur l’utilisation de trois types de couches différentes.

- « Life Cycle Assessment: reusable and disposable nappies in Australia »Kate O’Brien, Rachel Olive, Yu-Chieh Hsu, Luke Morris, Richard Bell and Nick Kendall. Environmental Engineering - School of Engineering - University of Queensland, Brisbane 2008. Analyse de Cycle de Vie comparative entre des couches lavables et jetables réalisée en Australie entre 2004 et 2008.

- « Les couches lavables constituent une alternative moderne, écologique et économique aux couches jetables »Anne-Sophie OURTH, communauté française de Belgique, Faculté universitaire des sciences agronomiques, faculté  universitaire des sciences agronomiques de Gembloux, Thèse annexe présentée en vue de l'obtention du grade de docteur en environnement, 2003.

- “Diapers: environnemental impacts and life cycle analysis” Carl Lehrburger, Jocelyn Mullen, C.V. Jones, report to the National Association of Diaper Services (NADS), 1991. Synthèse du rapport complet  d’Analyse de Cycle de Vie de données américaines en 1991.

Toutes ces études sont disponibles et peuvent être consultées. Le document britannique est la seule ACV offrant des données suffisamment détaillées et un bilan complet de calculs d’impacts publié. Il a néanmoins fait l’objet de nombreuses critiques.

Analyse critique de l’ACV britannique : « Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK »

Parmi ces quelques études la plus connue - mais aussi la plus controversée - est l’Analyse de Cycle de Vie britannique[3], citée en premier, qui a été réalisée par le cabinet de conseil ERM (Environnemental Ressources Management) au Royaume-Uni pour le compte de l’Agence pour l’Environnement. Cette étude, publiée en mai 2005, avait pour objectif de mesurer l’impact environnemental des couches lavables comparativement aux couches jetables. Elle a été effectuée suivant des données datant de 2002-2003, recueillies sur le territoire britannique, puis mise à jour en octobre 2008.

Cette étude a comparé trois scénarios d’utilisation de couches pour bébé :

- couche jetable,

- couche lavable avec un entretien à domicile,

- couche lavable avec un entretien auprès d’un service de nettoyage externalisé (ce scénario n’a pas été réétudié lors de la mise à jour publiée en 2008).

Cette étude, dans le choix des hypothèses prises en compte, a conclu que l’impact global des couches lavables était égal voire supérieur à l’impact des couches jetables pour un enfant de la naissance à l’âge de la propreté. Cette étude a également noté qu’en modifiant certains paramètres d’usage, l’impact des couches lavables pouvait sûrement être réduit.

Cette étude a été remise en cause à plusieurs reprises par différentes organisations et/ou associations britanniques : Nappy Ever After (une entreprise de location de couches lavables en Angleterre), WRAP (Waste & Resources Action Programme), WEN (Women's Environmental Network), Community Recycling Network, Sustainable Wales[4]

Ces associations ou organismes ne remettent pas en cause les calculs d’ACV à proprement parler mais les hypothèses de départ sur les couches lavables et les couches jetables.

Voici, ci-dessous, en trois points, les principales zones contestables de l’étude britannique :

  1. a.      Flux de référence : nombre de changes /jour/enfant (ACV britannique)

Le nombre de change calculé par enfant dans l’ACV britannique est tiré d’un document annexe « Time to change ». Dans ce document, trois méthodes de calcul ont été mentionnées pour calculer un nombre de change / jour / enfant :

Méthode 1 : Selon le résultat brut moyen donné par une étude consommateur « omnibus ».

-          5,15 changes/jour en couche jetable

-          6,1 changes/jour en couche lavable (résultat complété par une seconde étude)

 

Méthode 2 :Selon le chiffre recalculé d’après l’étude consommateur « omnibus »résultant d’une répartition d’un nombre d’enfants déjà propres avant 2 ans ½ et d’un nombre de change moyen par jour par tranche d’âge (pour ceux portant des couches avant 2 ans ½).

-          4,4 changes/jour en couche jetable

-          4,7 changes/jour en couche lavable

Par exemple, pour le calcul de 4,4 changes par jour, il a été pris en compte que 4,3% des enfants entre 6 et 12 mois sont déjà propres et que 83% des enfants ne portaient plus de couches entre 2 ans et 2 ans ½.

 

Méthode 3 : Selon le nombre de couches vendues en grandes surfaces divisé par un nombre d’enfants portant des couches (de 0 à 2 ans ½) sur la même période.

-          4,16 changes/jour en couche jetable

-          (pas de donnée mentionnée) en couche lavable

 


L’ACV britannique a repris comme unique donnée de cette étude « Time to change » : 4,16 changes/jour pour les couches jetables (méthode 3) alors que pour les couches lavables, elle a repris le chiffre de 6,1 changes/jour issue d’une autre méthode (méthode 1). Il est contestable que l’ACV britannique n’ai pas repris les données issues de la même méthode de calcul.

A noter que l’étude britannique a pris la donnée la plus faible pour les couches jetables et la plus élevée pour les couches lavables, ce qui est discriminant pour le calcul d’impacts des couches lavables.

L’étude britannique considère donc, qu’en moyenne, il faut compter 3 796 couches jetables par enfant sur 2 ans ½ d’utilisation (ce qui correspond aux 4,16 changes/jour pris en compte). Or, différentes sources évaluent un nombre de couches utilisées supérieur : 

Une étude réalisée par FNE (France Nature Environnement)[5] publiée en mai 2011 et soutenue par l’ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) sur le sujet des couches pour bébés déclare qu’« il est raisonnable de prendre une moyenne de cinq couches par enfant pendant 2 ans ½, c'est-à-dire un total de 4 500 couches ».

D’après Procter&Gamble (Pampers), les enfants portent en moyenne en Angleterre 5,66 couches jetables par jour (source : publication Avertising Age, septembre 2011)[6] soit 5 164 couches de 0 à 2 ans ½.

D’après cette même source, Procter&Gamble annonce qu’en France, le nombre de change par jour est de 5,15.

 

  1. b.      Données sur la phase de fabrication (ACV britannique)

Les couches jetables prises en compte sont fabriquées au Royaume-Uni, donc dans le même pays où elles sont achetées, utilisées et traitées en fin de vie alors que les couches lavables étudiées sont fabriquées au Pakistan ce qui n’est pas représentatif. Dans les faits, plusieurs fabricants de couches lavables fabriquent de manière locale.

Concernant les couches lavables, il est considéré dans cette étude britannique que 100% d’entre elles sont faites en coton non biologique (pour la partie absorbante). Il est à noter que la majorité des couches lavables utilisant du coton pour la partie absorbante a recours à du coton issu d’une agriculture biologique. D’autres matériaux sont également utilisés par les fabricants de couches lavables.

 

  1. c.       Données sur la phase d’usage (ACV britannique)

D’après l’ACV britannique toutes les données sont issues des enquêtes menées en 2002-2003. Certaines données sont résumées dans le document « Time to change », d’autres sont directement mentionnées dans l’ACV.

Il a été pris en compte que 80 % des parents utilisant des couches lavables trempent les couches dans une bassine contenant 10 litres d’eau et des produits désinfectants avant de les laver (carbonate et bicarbonate de sodium, ...). Or, il est recommandé de stocker les couches lavables à sec avant le lavage[7]. Un stockage dans de l’eau pendant plus de 24 heures peut favoriser le développement des bactéries.

49% des parents utilisent un adoucissant (dose de 100g par cycle). Or, les fabricants de couches lavables déconseillent fortement, voire interdisent totalement, l’utilisation de ce type de produits car ces derniers participent à l’encrassement des fibres, cela ayant pour conséquence de diminuer fortement la capacité d’absorption.

Certains paramètres d’usage ont par ailleurs été modifiés dans la mise à jour de l’ACV publiée en 2008 (comme les températures de lavage, le repassage des couches ou le fait de les tremper dans de l’eau avant leur lavage). Aucune explication n’a été avancée pour justifier ces changements. Aucun nouveau parent n’a été interrogé depuis 2003 pour mettre à jour ces données.

Une autre modification majeure entre l’ACV et sa mise à jour concerne la température de lavage. Dans l’ACV UK 2005, près d’un parent sur quatre lavait à une température de 40°C ou 50°C. Dans l’ACV UK 2008, aucune des hypothèses étudiées pour le lavage des couches en coton (partie absorbante de la couche) ne prend en compte un lavage à une température inférieure à 60°C. Même constat pour les culottes de protection (partie imperméable de la couche) : 100% des parents les lavaient à 40°C dans l’ACV 2005 alors que dans la mise à jour de 2008, il est pris en compte un lavage à 60°C ; seul un scénario étudie un lavage à 40°C des culottes de protection. Dans ce scénario spécifique, un lavage des couches absorbantes en coton à 90°C a été pris en compte (contrairement aux autres scénarios à 60°C). Méthodologiquement, on ne peut en tirer aucune conclusion car deux paramètres ont été modifiés simultanément sur le même scénario : la réduction de température sur la culotte de protection est compensée par l’augmentation de température sur la couche (résultats nivelés).

Enfin, on notera un changement non argumenté entre l’ACV britannique de 2005 et sa mise à jour. Un poids de 365 kg d’urine et de selles pour une utilisation d’une durée de 2 ans1/2 de couches a été pris en compte en 2005. Cette quantité a tout bonnement doublé lors de la mise à jour pour atteindre une quantité de 727 kg.

Enfin, au-delà de cette liste de paramètres discutables et/ou contestables, un certains nombres de données ne sont pas transposables directement aujourd’hui en France : le mix énergétique, le comportement des parents vis-à-vis de l’usage des couches pour bébé, la consommation d’eau et d’électricité de la machine à laver et du sèche-linge, le mode de traitement des couches jetables en fin de vie...

Afin de comparer les impacts environnementaux des couches Hamac® et des couches jetables, seules les données suivantes ont été  extraites de cette étude britannique : la phase de fabrication des couches jetables réévaluées avec le mix énergétique correspondant aux couches jetables vendues en France ; la composition des couches jetables ; le transport entre le lieux de fabrication et les distributeurs des couches jetables ; la composition des selles et des urines ainsi que leur poids ; le traitement des selles aux toilettes ; la méthodologie utilisée pour calculer les impacts environnementaux afin de permettre la comparaison entre couches Hamac® et couches jetables.

I. Définition des objectifs et du champ de l’étude 

I.1          Objectifs et méthodologie de l’étude 

 

L’objectif de cette étude est de comparer la performance environnementale des différents usages des couches Hamac® entre elles et avec celle des couches jetables. Ainsi, il sera possible de déterminer quelle solution de couches pour bébé est de moindre impact sur l’environnement, pour un usage domestique d’une part et en collectivités d’autre part.

Cadrage de l’étude : La présente étude d’analyse de cycle de vie permet de comparer les impacts environnementaux des différents usages des couches Hamac®  et ceux des couches jetables, en France, au cours de la période 2010-2011.

Pour chacun des deux types de couches, l’ensemble des phases du cycle de vie ont été prises en compte : fabrication, utilisation, fin de vie, ainsi que le transport entre chacune de ces phases.

Le calcul des différents impacts environnementaux du cycle de vie a été réalisé à partir du logiciel Simapro®, référence dans le domaine, qui est un outil multicritères permettant de prendre en compte toutes les étapes du cycle de vie d’un produit ainsi que de comparer plusieurs produits entre eux suivant différents scénarios.

I.2          Fonctions du système  

Les fonctions principales des deux systèmes étudiés (couches jetables et couches Hamac®) sont similaires : permettre d’absorber et de contenir les rejets d’un enfant (urines et selles) pendant une durée de temps définie, en France, en 2010-2011.

I.3          Unité fonctionnelle 

L’unité fonctionnelle, comme le définit la norme ISO 14044, est «  la performance quantifiée d'un système de produits destinée à être utilisée comme unité de référence dans une analyse du cycle de vie ».

Ainsi, tous les éléments à prendre en compte pour les deux systèmes de couches pour bébés (devant être analysés et comparés durant cette étude) doivent être identifiés et comparés à partir d’une même unité de référence.

Les études déjà citées précédemment ont été réalisées sur le sujet. La plupart d’entre elles ont pris en considération le fait qu’un enfant portait des couches en moyenne jusqu’à 2 ans 1/2. Par ailleurs, d’autres sources[8]confirment ce point.

Ainsi l’unité fonctionnelle choisie pour l’Analyse de cycle de vie comparative entre les couches Hamac® et les couches jetables en France pour un usage domestique est la suivante :

« Changer les couches d’un enfant durant ses 2,5 premières années, pendant la période 2010-2011, en France».

Cette unité fonctionnelle constituera la base de l’ensemble des scénarios élaborés pour un usage domestique (Cf. I.3 Contextes et flux de référence).

***

Concernant l’usage en crèche, il a été pris en compte une unité fonctionnelle différente. En effet, les couches Hamac® ont été testées au sein de deux crèches pour évaluer leur intérêt économique, écologique et leur praticité. Cette expérimentation a été mise en place par Génération Plume grâce à la cellule de tests Paris Région Lab, soutenue par OSEO et la Mairie de Paris et auditée par un cabinet externe, ALCIMED, ce qui a permis de récolter des informations sur l’usage des couches Hamac® au sein de ces crèches (nombre moyen de changes par enfant, entretien des couches …). Les deux crèches où se sont déroulés ces tests comptaient 15 enfants en moyenne dans chaque établissement. En crèche, un enfant passe en moyenne 2 ans en couches (de l’âge de six mois, à l’âge de 2 ans ½ en moyenne). Ainsi, l’unité fonctionnelle pour un usage en crèche est la suivante :

« Changer les couches de 15 enfants en crèche, durant 2 ans, pendant la période 2010-2011, en France».

 

I.4          Contextes d’usage et flux de référence 

 

I.4              1- L’usage domestique et l’usage en crèche

Le cas de l’usage domestique est étudié en premier lieu. Par la suite, celui en collectivité est vu à son tour. Certains paramètres diffèrent d’un contexte à l’autre : le nombre de change par jour, l’équipement et l’entretien pour les couches Hamac, …

En outre, l’étude montre que plusieurs scénarios doivent être étudiés pour recouvrir les différentes façons d’utiliser les couches Hamac®.

I.4              2 -Le flux de référence 

Pour pouvoir évaluer d’une manière complète l’impact du cycle de vie des couches jetables et celui des couches Hamac®, il a été également défini les flux de référence pour chacun des deux systèmes.

  • Système Couches jetables :

- Nombre de couches jetables utilisées, rapporté à l’unité fonctionnelle

      - Nombre de changes par jour.

 

  • Système Couches Hamac® :

            - Nombre de couches Hamac®, rapporté à l’unité fonctionnelle,

            - Nombre d’absorbants lavables Hamac®, rapporté à l’unité fonctionnelle

- Nombre d’absorbants jetables Hamac®, rapporté à l’unité fonctionnelle,

- Nombre de voiles/feuillets de protection, rapporté à l’unité fonctionnelle.

- Nombre de changes par jour.

 

I.5          Frontières des systèmes couches jetables et couches Hamac®

Ce chapitre précise les étapes du cycle de vie de chacun des deux systèmes étudiés. Les phases prises en compte pour chaque système sont la fabrication, le transport, l’utilisation et la fin de vie. Les biens d’investissements n’ont pas été pris en compte.

Phases de cycle de vie inclues dans l’étude :

- Pour le système des couches Hamac® :

  • Production des matières premières et transformation en textiles,
  • Fabrication des couches Hamac® et éléments associés (absorbants jetables et lavables, voiles)
  • Transport des différents composants de la couche Hamac® jusqu’au lieu d’assemblage où sont fabriqués les produits finis, puis transport jusqu’aux distributeurs,
  • Transport des lieux de ventes au domicile du consommateur
  • Utilisation : consommation d’énergie et d’eau pour le lavage en machine à laver ; le « pré » rinçage à la main dans le lavabo ; le séchage en sèche-linge ou séchage naturel ; consommation de produit de lessive et de sacs poubelles; traitement des eaux usées.
  • Fin de vie des produits, de leur packaging et des excréments (urines et selles).

- Pour le système des couches jetables :

  • Fabrication des couches jetables,
  • Transport des matières premières jusqu’à l’usine d’assemblage puis transport des couches jusqu’aux distributeurs,
  • Utilisation : Seulement  l’usage de sac poubelle pour évacuer les couches sales
  • Fin de vie des produits, de leur packaging et des excréments (urines et selles).

Phases de cycle de vie exclues de l’étude :

L’étude menée a exclu la prise en compte des biens d’investissement. Dans le cas des couches jetables et celui des couches Hamac®, qui sont les deux systèmes étudiés dans cette analyse de cycle de vie, ces biens d’investissement sont :

- Les machines et outils de fabrication et de confection des couches,

- La fabrication de la machine à laver et du sèche-linge.

Différentes études ont démontré que la production de ces biens d’investissements est peu impactant d’un point de vue environnemental :

- Analyse de Cycle de Vie d’un Pantalon en Jean - BIO Intelligence Service pour l’ADEME - Rapport Final - Octobre 2006 : « ... Le système considéré exclut la production, la maintenance et le démantèlement des infrastructures et biens d’équipements (machines). Cette hypothèse est basée sur le fait que l’impact environnemental de la production des infrastructures et biens d’équipements est négligeable devant les autres impacts ».

- Plusieurs études ayant évalué les impacts environnementaux de vêtements (jean, tee-shirt, …) n’ont pris en compte que la consommation d’eau et d’énergie relative à l’utilisation du lave-linge et du sèche-linge, excluant les phases de production et de fin de vie de ces machines. Parmi ces études :

  • Analyse de Cycle de Vie d’un Pantalon en Jean - BIO Intelligence Service pour l’ADEME - Rapport Final - Octobre 2006.
  • Diagnostic Environnemental Produit « Tee-shirts Running en polyester recyclé et en coton biologique comparés à deux tee-shirts classiques en coton et en polyester», étude pour : Société Filotextile, par CODDE, Mars 2009. 

I.6          Le système des couches Hamac® 

I.6              1- Les composants - couches Hamac®

 

La couche Hamac® est composée de :

-Une culotte en polyamide/élasthanne. Une partie du tissu de la culotte est contrecollée avec un film thermoplastique (en polyuréthane).

-Une nacelle en polyester avec une enduction en polyuréthane. La nacelle dispose également d’élastiques composés de polyamide, de coton et d’élasthanne.

-Des scratchs / agrippant : en polyamide.

Les absorbants Hamac® sont de trois types :

-Les absorbants lavables en coton bio chanvre : se composent d’une partie interne en coton biologique (45%) et chanvre (55%) ainsi qu’une partie externe en polaire polyester.

-Les absorbants lavables en microfibre : une face en micro-polaire et la partie interne en microfibre (les deux parties sont 100% polyester).

-Les absorbants jetables : fabriqués à partir de 100% de cellulose et ne contenant ni poudre de SAP (polyacrylate de sodium) ni chlore ni aucun autre produit chimique, contrairement aux couches jetables. L’enveloppe extérieure contenant la cellulose est en polypropylène.

Les voiles de protection qui ne s’utilisent qu’avec les absorbants lavables. Les voiles sont composés de fibres de viscose (70%) et de liant « binder » (30%).

Les couches Hamac® s’utilisent de trois façons différentes :

-          Soit avec des absorbants en microfibre (+ voiles de protection),

-          Soit avec des absorbants en coton bio et chanvre (+ voiles de protection),

-          Soit en « mixte » c’est à dire en alternance avec des absorbants lavables (microfibre ou coton bio et chanvre) et des absorbants jetables Hamac®.

 

L’usage mixte d’Hamac® lavable et jetable se matérialise par un usage en semaine et la nuit exclusivement en mode lavable (indifféremment en microfibre ou en coton bio) et, en journée, le week-end, un usage exclusivement jetable. Ce qui correspond à un usage de ¾ de lavable pour ¼ de jetable[9].

Les textiles des couches et des absorbants lavables proviennent de différents fournisseurs. Ils sont livrés à l’usine de fabrication pour être coupés puis confectionnés. Les absorbants jetables (conditionnés par paquet de vingt unités dans un emballage en polyéthylène) proviennent directement du fabricant sous forme de produits finis.

Les emballages, concernant les couches et les absorbants lavables, sont directement livrés au lieu d’assemblage. Ils en existent plusieurs pour le conditionnement des couches Hamac® :

- packaging « trousse kit essai Hamac® » : une trousse en polypropylène + une « Cartonnette » : contient une couche Hamac®, un absorbant lavable coton bio/chanvre ou microfibre, deux absorbants jetables et un voile de protection.

- packaging « duo absorbants lavables » : trousse en polypropylène contenant deux absorbants lavables Hamac®.

- packaging « couche à l’unité »: la couche est conditionnée à l’unité dans une trousse. 

Les données relatives à la consommation d’eau et d’électricité pour la fabrication des produits Hamac® ont été données par les  sous-traitants et fabricants.

I.6              2- Les transports - couches Hamac®

Tous les transports se font par la route, hormis pour le molleton coton biologique/ chanvre qui se fait par bateau.

Les produits finis (couches Hamac®, absorbants lavables et absorbants jetables) sont livrés par cartons de transport du lieu d’assemblage basé en France aux différents distributeurs.

A propos du transport du lieu de vente au domicile du consommateur l’hypothèse suivante a été faite à partir de l’étude  de l’ADEME[10] : pour une famille constituée de deux adultes et deux enfants, 40 kg de provisions courantes sont réalisés par semaine. Un trajet de 5 kilomètres aller a été retenu afin de se rendre dans un magasin. Sont pris en compte le transport de la lessive et des couches (détail du calcul : voir Annexe 4).

I.6              3- L’utilisation (en usage domestique) - couches Hamac®

La phase d’usage des couches lavables est particulièrement complexe par rapport à celle des couches jetables. Les couches Hamac ® n’échappent pas à cet état de fait.

La marque Hamac® recommande sur son site, www.Hamac-paris.com, les conditions d’utilisations et d’entretien de ses produits. Afin d’avoir des données complémentaires issues du  « terrain » et afin de mieux connaître l’usage de ses produits, la société Génération Plume a interrogé ses utilisateurs.

Pour modéliser la phase d’utilisation des couches Hamac® à usage domestique, un questionnaire a été diffusé via les réseaux sociaux entre décembre 2010 et janvier 2011 ainsi que par certains distributeurs de la marque Hamac ® (le questionnaire est disponible en Annexe). Au total, cent soixante et une personnes utilisatrices des couches Hamac® y ont répondu. Cette enquête a permis d’affiner les données d’usage des couches Hamac et de récolter d’importantes informations sur le comportement des utilisateurs vis-à-vis de ces produits.

a)      Le nombre de change / jour

Quel que soit l’absorbant utilisé, les utilisateurs des couches Hamac® effectuent en moyenne 5,15 changes par jour. Les données récoltées sur les 161 questionnaires complets ont permis de donner le « 5,15 changes par jour ».  Le calcul a pris en compte la variation du nombre de changes (jour + nuit) suivant les âges d’un enfant entre 0 et 2 ans 1/2 (les petits étant changés plus souvent que les grands). Cette moyenne pondérée a donné pour résultat 5,15 changes par jour pour un enfant entre 0 et 2 ans1/2. [On verra par la suite qu’en crèche ce nombre est inférieur car l’enfant ne passe pas un jour complet en collectivités.]

b)     La préparation des absorbants avant utilisation

Avant toute utilisation des absorbants Hamac® neufs, il faut les glisser plusieurs fois dans la machine à laver afin qu’ils s’imbibent d’eau et éliminent le film de gras déposé sur les fibres (pour la fabrication) ce qui améliore leur absorption. Génération Plume conseille de rincer 3 fois les absorbants microfibres et environ 6 fois les absorbants coton-bio. Cette opération s’effectue sur les 25 absorbants achetés de l’équipement Hamac® pour un enfant de 0 à 2 ans ½. La lessive n’est pas prise en compte pour cette étape car la mise à l’eau des absorbants n’est pas un nettoyage mais uniquement un rinçage. Ce pré-lavage a été pris en compte dans les calculs d’impacts.

 

c)      L’entretien (réponses aux questionnaires)

Couche Hamac®

En cas d’urine lors du change

43% rincent la couche et la réutilise au cours de la journée

48% réutilisent la couche immédiatement sans la rincer

9% mettent la couche directement au sale

En cas d’une selle lors du change

64% mettent la couche directement au sale (surtout en cas de selles molles)

22% réutilisent la couche immédiatement sans la rincer

14% rincent la couche pour la réutiliser dans la journée

Absorbant lavable

En cas d’urine et/ou de selles

Dans 100% des cas, l’absorbant lavable est mis au sale à chaque change

Tableau 2 : Entretien des couches et absorbants lavables Hamac® (enquête Hamac®)

Il a été pris en compte pour le calcul qu’une couche n’est rincée qu’une seule fois (portée deux fois dans la journée avant d’être lavée). Quand les utilisateurs rincent leurs couches et les réutilisent directement, ils rincent uniquement la nacelle imperméable suspendue, sans mouiller la partie textile externe. Que la couche soit rincée et utilisée immédiatement ou dans la journée, dans les deux cas, il n’y a aucun séchage au sèche-linge. Cette différenciation d’usage est purement indicative et représentative de l’usage fait avec Hamac.

Le rinçage des couches prend environ 5 secondes. Une consommation de 10 litres par minute a été prise en compte, soit 0,83 litre par couche rincée[11]. En considérant 1,8 selles / jour[12]sur 5,15 changes, le pourcentage de couches rincées après un change (urine et selle confondues) est de 33%.

Les couches Hamac® ainsi que les absorbants lavables sont ensuite lavés en machine (100% des cas). Voici un récapitulatif des températures de lavage relevées dans l’enquête Hamac®.

Température de lavage

Lavage des couches Hamac®

Lavage des absorbants

(microfibre et coton bio confondus)

30°C

26%

10%

40°C

72%

66%

60°C

2%

24%

Tableau 3 : Température de lavage des couches et absorbants Hamac® (enquête Hamac®)

 

Un cycle de lavage est effectué tous les deux jours en cas d’utilisation exclusive d’absorbants lavables et tous les trois jours en moyenne en cas d’utilisation mixte d’absorbants lavables et jetables. Le lavage des couches Hamac® est fait avec le linge « fragile ». Les absorbants lavables sont quant à eux stockés à sec et à part dans un sceau puis lavés avec le linge de l’enfant ou celui de la maison textile (ex : serviette de toilette, pyjama de l’enfant …).

Un cycle de lavage tous les deux jours permet de laver quatre couches Hamac® et dix absorbants lavables : étant donné que cinq couches sont utilisées par taille, une reste portée par l’enfant et les quatre autres passent au lavage. Même chose pour les absorbants lavables, une douzaine est utilisée par taille, un est porté par l’enfant au moment du lavage, un autre est stocké et le reste, soit dix absorbants, est dans la machine à laver.

Dans cette étude, il est pris en compte une répartition massique du poids des produits Hamac® (couches et absorbants lavables) mis dans le lave-linge pour évaluer la consommation d’énergie et d’eau liée à leur lavage car les produits sont lavés en général avec le reste du linge de la famille[13]. Une analyse de sensibilité a été réalisée en ne prenant en compte qu’un remplissage moyen de la machine (versus une machine pleine).

La consommation électrique moyenne d’une machine à laver, remplie, par température de lavage, a été déterminée avec les données suivantes :

 

Classe énergétique

 

Part de marché (%)[14]

Consommation énergie /kg de linge en fonction de la température de lavage

 (sur la base d’un lave-linge d’une capacité de 5kg)[15]

30°C

40°C

60°C

A +

29%

 

0.48

0.8

A

64%

 

0.56

0.94

B

6%

 

0.67

1.12

C

1%

 

0.74

1.23

Moyenne

0,39 kWh /5 kg =0,078 kWh/kg (chiffre l’ADEME)

0.55 kWh /5 kg = 0,11 kWh/kg

0.91 kWh /5 kg= 0,18 kWh / kg

 

Tableau 4 : Consommation d’électricité d’une machine (sur base de part de marchés)

Ainsi, il a été pris en compte dans cette étude une consommation de 0,11 kWh/kg pour un lavage à une température de 40°C, de 0,18 kWh/kg à une température de 60°C et de 0,078 kWh/kg à une température de 30°C.

La moyenne de la consommation électrique prise en compte pour le lavage de la couche est de 0,103 kWh/kg (avec 72% des parents lavant à 40°C, 26% à 30°C et 2% à 60°C).

La moyenne de la consommation électrique prise en compte pour le lavage des parties absorbantes est de 0,124 kWh/kg (avec 66% des parents lavant à 40°C, 24% à 60°C et 10% à 30°C).

Par ailleurs, une consommation de 60 litres d’eau par cycle de lavage, pour une machine de 5 kg, a également été considérée[16]. Celle-ci est rapportée au poids réel des produits Hamac® (couches et absorbants lavables) lavés à chaque cycle et en comptant le poids de l’urine en sus des absorbants lavables.

Une analyse de sensibilité prenant en compte une utilisation exclusive de lave-linge de classe énergétique A+ a été étudié (voir chapitre Analyse de sensibilité).

Le repassage des couches Hamac® est strictement interdit. Cette donnée n’a donc pas été prise en compte dans le calcul d’impacts.

d)     L’utilisation des voiles de protection

L’enquête a permis de définir que 70% des parents utilisent un voile de protection avec un absorbant lavable à chaque change (certains d’entre eux ne mettent des voiles que 4 changes sur 5,15).

-          En cas de selles, ce voile est systématiquement jeté, soit à la poubelle (50% des cas), soit évacué via les toilettes (50% des cas).

-          En cas d’urine, il est, dans la plupart des cas, lavé en machine et réutilisé (jusqu’à 3 fois) et parfois jeté  directement à la poubelle (dans 25% des cas). Dans le cas où le voile est jeté aux toilettes, une consommation d’eau de sept litres par chasse d’eau tirée a été prise en compte[17].

 

e)      L’utilisation des produits d’entretien

Concernant le produit de lessive, une consommation de 81,5 g par cycle de lavage a été prise en compte pour une machine de 5 kg[18]. Celle-ci est rapportée aux poids réels des produits Hamac® (couches et absorbants lavables) lavés à chaque cycle. Une Analyse de sensibilité a été réalisée avec une quantité de 60 g/cycle de lavage (pour une machine à laver de 5 kg).

Génération Plume recommande l’usage d’une lessive en poudre classique pour l’entretien des couches Hamac®. Ce type de lessive permet de préserver la capacité d’absorption des absorbants lavables. En effet, des produits de type adoucissant, noix de lavage ou lessives dites « grasses » à base de glycérine pourraient altérer la capacité d’absorption des textiles. Cependant au fur et à mesure des lavages, les absorbants peuvent tout de même occasionnellement s’encrasser si la quantité de lessive utilisée est trop importante, des résidus de lessive se fixent alors sur le textile (le textile s’encrasse et absorbe moins). Cette étude a calculé l’impact du décrassage (le fait de rendre leur absorption initiale aux inserts) dans une analyse de sensibilité (en prenant en compte 2 décrassages de 0 à 2 ans ½). Deux autres analyses de sensibilité ont été réalisées sur la quantité et le type de lessive utilisée (chapitre Analyse de sensibilité).

f)       Le séchage des produits Hamac®

Un cycle de séchage (effectué tous les deux jours) permettra de sécher dix absorbants lavables en coton-bio (la microfibre n’ayant pas besoin de sèche-linge au vu de sa vitesse de séchage très rapide) ; les couches Hamac® à usage domestique ne passant pas au sèche-linge (suivant les recommandations d’entretien). L’enquête réalisée par Génération Plume auprès des utilisateurs des couches Hamac® a permis d’évaluer que 50% d’entre eux utilisent un sèche-linge pour sécher les absorbants lavables Hamac® et que tous respectent les conditions d’entretien : aucun ne passe les couches Hamac® au sèche-linge. Pour cette étape, c’est bien le poids mouillé des absorbants lavables à la sortie de la machine à laver qui a été pris en compte pour évaluer la consommation électrique du sèche-linge. Dans le calcul des impacts, il a été pris en compte un taux d’équipement moyen de 49,7% (source INSEE 2006 en France pour des couples avec enfants).

Produit

Poids initial (g)

Poids mouillé (g)

Couche

39

67

Absorbant lavable coton bio chanvre

98

166

Absorbant lavable microfibre

(pour le scénario crèche)

54

77

Tableau 5 : Poids couche et absorbants lavables à la sortie de la machine à laver

Une consommation électrique de 0,72 kWh / kg a été considérée pour le séchage (explication dans le tableau ci-dessous).

 

Classe énergétique

Part de marché (%)[19]

Consommation électrique (kWh / kg)[20]

B

17%

0,64

C

74%

0,73

D

9%

0,82

Moyenne

 

0,72

Tableau 6 : Consommation électrique des sèches- linge par classe énergétique (sur la base de part de marchés)


g)      La consommation de sacs poubelles

Pour les scénarios dans lesquels sont utilisés des absorbants jetables le week-end, la consommation d’un sac poubelle par jour a été considérée pour stocker ces absorbants après leur utilisation (soit 260 sacs poubelles de 20 litres). Pour le scénario d’utilisation exclusive d’absorbants lavables, 40 sacs poubelles de 20 litres ont été pris en compte (quantité correspondante à l’unité fonctionnelle pour un enfant de 0 à 2 ans 1/2).

I.6              4- La fin de vie - couches Hamac®

En fin de vie, les couches ainsi que les absorbants lavables sont considérés comme des textiles ménagers. Ils ont, par défaut,  été assimilées à ces textiles pour cette étape, faute d’avoir des données plus fines sur la fin de vie des couches lavables. Le taux de collecte sélective en 2009 est de 18%[21]. Ces textiles collectés sélectivement se répartissent comme suit :

- 57,9 % sont réutilisés comme vêtements,

- 8,5 % sont réemployés dans le secteur de l’essuyage industriel,

- 13,6% sont recyclés via l’effilochage,

- 20 % ne sont ni ré-employables (du fait de leur état) ni recyclables : ils sont éliminés en décharge ou à l’incinération(moyenne de l’ADEME des ordures ménagères résiduelles : soit 62,54% incinérées et 37,46% enfouies.)

Faute de données sur la modélisation des 18% recyclés ou réutilisés le modèle des OMR a été utilisé.

Pour la part des textiles non recyclés, le scénario moyen d’élimination en France - enfouissement 37,46% / incinération 62,54%, source ADEME[22] - s’applique. Concernant les absorbants jetables et les voiles de protection, ils sont soit enfouis soit incinérés. Quant aux cartons d’expédition et aux cartons utilisés pour certains packaging des produits Hamac®, ils sont recyclés à 86,9%, le reste étant soit incinéré soit enfouit[23]. Enfin, les trousses utilisées pour le packaging sont enfouies ou incinérées[24].

Aucune allocation n’a été attribuée à l’incinération. Cette décision s’explique par le fait que les usines d’incinérations en France s’octroient déjà cette allocation dans leur compte d’émissions de gaz à effet de serre.[25]


Calcul des taux d’incinération et d’enfouissement[26]

L’étude de l’ADEME  propose pour les OMR : 59% incinérées, 35% enfouis. 94% est le total, le reste, les 6 % ne concerne pas ce type de déchet, puisqu’il s’agit de compostage (3%), tri (2%), méthanisation (1%).

Les pourcentages cités ci-dessus  sont appliqués à 94% du gisement et non 100%. Ce qui correspond à 62,54% pour l’incinération, et 37,46% pour l’enfouissement

La figure ci-dessous synthétise les différentes étapes de cycle de vie des couches Hamac® de la fabrication jusqu’à la fin de vie.

 

 
 

Déchets, émissions air, eau, sol

 

 

Déchets, émissions air, eau, sol

 

Extraction matières premières

Bois

 

 

Coton Biologique

 

 

Chanvre

 

Exploitation matières premières                                               Exploitation forestière                              Culture     

Pétrole

 

 

Energie (Electricité)

 

            

 
 

Transport

 

 

       
   
   

Déchets, émissions air, eau, sol

 
 

 


 

Extrusion de granulés de polymères

 

 

Pâte cellulosique

 

 

                     Fabrication 1 : Transformation des matières premières en matériaux

 

Déchets, émissions air, eau, sol

 

                    

                                                 
   

Rouissage

Fibre cardée

Ennoblissement

CHANVRE

 
 

Egrenage

Filature

Tissage

COTON BIO

 

 
   

Polyester

 

 
 

Elasthanne

 
 

Polypropylène

 
   
         

Carton

 
 
   

Polyuréthane

 

 
 

Polyamide

 
 

Polyéthylène

 
                 
 
 
 
             
 

 

 

 

 


Tricotage circulaire

TISSU NACELLE HAMAC

 

 

 

Tricotage Circulaire et ennoblissement sur étoffe

TISSU CULOTTE

 

 

 

Extrusion en film

PACKAGING

 

 

 

 

Tricotage circulaire

TISSU POUR INSERT MICROFIBRE

 

 

 

Tricotage circulaire / transformation en tricot polaire

POLAIRE

 

 

                                                                                         

 

 
 

Tissage

SCRATCH/ETIQUETTE

 

 

 


 

       
     
 

Transport

 
 

 


 

 

 

 

 

Energie (Electricité)

 

Eau

 

Fabrication 2 : confection  et emballage

Déchets, émissions air, eau, sol

 

 

Procédés  couche : confection (découpe et couture)

Procédés absorbant : confection (découpe et couture)

                           
       
   

Absorbants jetables

 

 
   

Couche Hamac ®

 

 
 

Absorbants lavables coton bio chanvre

 

 
 

Carton d’expédition

 

 
 

Packagings : trousse/ cartonnette / crochet

 

 
 
 

 

 


Voile de protection

 

 

 

Absorbants lavables microfibre

 

 

                                              

                                                                     

 
 

Transport de la confection au distributeur puis au consommateur

 

 

       
   
   

Déchets, émissions air, eau, sol

 
 

 

Déchets, émissions air, eau, sol

 

Utilisation

 Electricité

 

Eau

Lessive

 

                                                                                                                                           

                       
         
 
         
 
   
 
     
 

Séchage naturel ou sèche-linge

 

 

Lavage

 

 


 

Consommation de sacs poubelles

 

 

 

 


 

       
     
 

Transport

 
 

 


 

Absorbants lavables et couches Hamac®  

Réutilisation

 

 

 

Energie (Electricité)

 

Fin de vie             

Couches Hamac® et absorbants lavables usés

Incinération/enfouissement

 

 

Absorbants jetables/Voiles/urines selles

Incinération/enfouissement

 

 

 

Emballages plastiques/sac poubelle

Enfouissement/Incinération

 

                                  

           
     
 
   

Déchets, émissions air, eau, sol

 
   
 

 

 


 

Carton expédition

Recyclage/ Enfouissement/Incinération

 

 

Traitement des eaux usées

 

 

Légende :

                        Flux élémentaires (directement puisés ou rejetés dans l’environnement)

                        Flux intermédiaires (puisés ou rejetés entre acteurs)

Figure 10 : Cycle de vie des couches Hamac®

 

I.7          Le système des couches jetables

I.7              1- Les composants - couches jetables

Les couches jetables étudiées dans cette analyse de cycle de vie ont la composition suivante26 (Donnée : une couche avant utilisation pèse 38,6g[27]) :

- Cellulose blanchie : 34,1% 

- Polyacrylate de Sodium (SAP) : 32,4%

- Polypropylène : 16,6%

- Polyéthylène basse densité (PEBD) : 6%

- Adhésifs (Hot melt-EVA): 3, 8%

- Polyester/ PET: 2,2%

- Autres (viscose) : 4,8%

Le poids d’une couche jetable varie d’une marque à une autre. Ainsi, le GROUP'HYGIENE (groupement français des fabricants des produits à usage unique pour l’hygiène, la santé et l’essuyage) précise que « Le poids moyen d’une couche bébé jetable est passé de 65 g au début des années 1980 à moins de 42 g aujourd’hui (tous types et toutes tailles confondus) ».  Dans ce rapport, il a été pris en compte un poids pour les couches de 38,6 grammes (donnée tirée de la mise à jour de l’ACV anglaise sur les couches jetables pour bébé).

Après leur fabrication, les couches jetables sont conditionnées dans un emballage plastique puis dans des cartons d’expédition.

I.7              2- Les transports - couches jetable

Le lieu de production considéré est situé l’Allemagne, étant donné que le plus gros site de fabrication du 1er producteur de couches se situe dans ce pays-là[28]. Le transport des couches du lieu de vente aux domiciles des consommateurs a été pris en compte de la même façon que dans l’étude anglaise soit 174km.

I.7              3- L’utilisation- couches jetables

a)      Le nombre de change / jour

Il a été pris en compte une moyenne de cinq changes par jour[29] soit une consommation de   4 562,5 couches jetables utilisées par un enfant de la naissance à l’âge de la propreté (2 ans 1/2).  Pour rappel, une moyenne de 5,15 changes / jour a été prise pour les couches lavables (données tirées d’une enquête consommateur Hamac® réalisée entre 2010 et 2011 sur 161 répondants).

b)     Les sacs poubelles

La phase d’utilisation, dans le cas des couches jetables, correspond à la consommation de sacs poubelles pour le stockage des couches souillées à chaque change, étant donné qu’elles sont à usage unique. Une consommation d’un sac poubelle par jour a été prise en compte.il s’agit de sacs de 20 litres en LDPE. Cette hypothèse est proposée par les rédacteurs de l’étude.

I.7              4- La fin de vie - couches jetables

En France, en fin de vie, les couches jetables avec les selles et urines sont soit incinérées soit enfouies[30] (enfouissement 37,46% / incinération 62,54%). Même chose pour l’emballage plastique des paquets des couches[31]. Les cartons d’expédition sont quant à eux recyclés à 86,9%, le reste étant soit incinéré soit enfoui[32].

Aucune allocation n’a été attribuée à l’incinération, contrairement à l’étude anglaise. Cette décision s’explique par le fait que les usines d’incinérations en France s’octroient déjà cette allocation dans leur compte d’émissions de gaz à effet de serre.

Cependant, une analyse de sensibilité (chapitre Analyse de sensibilité) a été réalisée en prenant en compte le calcul des émissions évitées pour les couches jetables.

 

Déchets, émissions air, eau, sol

 

            Fabrication matières premières

Pétrole

 

 

Composants chimiques

 

Exploitation matières premières                                                                                    Exploitation forestière                            

               
   

Bois

 
       
   
 
 
     
 

 

 

 


 

           
 

Transport

 
 

Déchets, émissions air, eau, sol

 
     
 
 

 


 

                     Fabrication 1

Procédés: mélanges chimiques, injection, blanchiment …

 

 

Déchets, émissions air, eau, sol

 

                     Transformation des matières premières en matériaux             

                                     
   
   

Polypropylène

 

 
 

Acide acrylique/ hydroxyde de sodium

 

 
   

Polyester

 

 
 

Polyuréthane

 

 
   

PET

 

 
               
 
 
 
 
   

Polyéthylène

 
 

Cellulose

 

 
 

Carton

 

 
 

Holt melt/ EVA (ethylene vinyl acetate)

 
 

Viscose

 

 

 

 

 

 

 


 

       
   
   

Déchets, émissions air, eau, sol

 
 

 

Procédés: broyage, mélange, pressage, découpe, collage, assemblage, emballage ...

 

 

         Fabrication 2 : assemblage et emballage         

                                           
   

Déchets, émissions air, eau, sol

 
   

Absorbants  (cellulose blanchie+Super  SAP)

 

 
 

Voile de surface

 
 

Bande de repositionnement

 

 
 

Energie (Electricité)

 
     

Barrière anti fuites

 

 
 
 
 
   

Enveloppe extérieure

 

 
 

Attaches velcro

 

 
 

Elastiques

 

 
 
     
             
 
 

 

 

 


                                              

           

 
 

Couche jetable

 

 

 


Déchets, émissions air, eau, sol

 

                                                                                                                                           

       
 

Emballage pack couches jetables

 

 
     
 

 

 


Carton expédition

 

 

                      

 

 

 

 

       
     
 

Transport aux distributeurs

 
 

 

           
     
 
   

Déchets, émissions air, eau, sol

 
 

Energie (Electricité)

 
 

 

Consommation de sacs poubelles

 

                 

               
   
 
     
   

Transport

 
         
 
 

 


 

 


 

Déchets, émissions air, eau, sol

 

            Fin de vie

Carton expédition

Recyclage/ Enfouissement/Incinération

 

 

Couches /urines selles /emballage plastique/sac poubelle

Incinération /Enfouissement

 

 

 

Energie (Electricité)

 

 

       
       

 

 


Légende :

                        Flux élémentaires (directement puisés ou rejetés dans l’environnement)

                        Flux intermédiaires (puisés ou rejetés entre acteurs)

Figure 11 : Cycle de vie des couches jetables


I.8          Urines/selles

Les urines et les selles ont été prises en compte dans cette étude. Elles suivent un parcours différent en fin de vie selon le modèle de couches utilisées. Dans le cas des couches jetables et des absorbants jetables Hamac®, les selles et les urines partent à la poubelle.

 

Dans le cas de l’utilisation des couches Hamac® en mode lavable, une partie des urines et des selles est évacuée via les toilettes puis suit le parcours du traitement des eaux usées via les égouts. L’autre partie des selles et des urines suivra également ce parcours après le rinçage des couches et le lavage en machine.  Enfin, une partie des selles est jetée à la poubelle avec le voile de protection (vu précédemment dans l’étude). L’impact du traitement des eaux usées à bien été pris en compte dans cette analyse (chasse d’eau et lavage).

 

Un poids de 727 kg a été considéré par enfant avec la répartition suivante : 18% de selles et 82% d’urines[33]/[34]. Soit 130 kg de selle et 596 kg d’urine. Voici leur composition[35] :

 

Substance

Poids (kg) pour 2 ans ½/enfant

Ammoniac

0,15680543

Calcium

0,23045054

Chloride

0,817134861

Copper (cuivre)

2,38532E-05

Lead (plomb)

1,3947E-05

Magnesium

0,005995885

Nitrogen

0,068561642

Phosphore

0,119005284

Potassium

0,450603799

Sodium

0,490228778

Eau

593,801176

Total

596,140

Tableau 7 : Composition urine

Substance

Poids (kg) pour 2 ans ½/enfant

Calcium

1,248040008

Copper (cuivre)

0,00172974

Iron (fer)

0,004286032

Magnesium

0,168594878

Nitrogen

0,799183514

Phospore

0,87581755

Potassium

0,186384922

Sodium

0,472941477

Eau

127,1030219

Total

130,860

Tableau 8 : Composition selles

Il est à noter que la composition des urines et selles n'ont aucune influence sur les résultats car seule la masse totale est considérée dans les processus de fin de vie.


 

I.9          Les hypothèses, les données et les sources de cette étude 

I.9              1 - Les hypothèses

Certaines hypothèses ou choix, mentionnés ci-dessous, ont dû être faits pour mener cette étude :

- Les données relatives aux quantités de matière de chacun des composants des couches Hamac® ont été obtenues à partir de la taille M pour la couche, et de la taille 2 pour les absorbants (lavables et jetables). Cette taille est la plus représentativité, elle est utilisée sur la plus grande période. Un enfant portera en moyenne trois tailles de couches Hamac® (S, M et L). Les tailles S et L ne se portant que sur une durée limitée (entre trois à six mois), c’est la taille intermédiaire M qui est la plus utilisée durant la période la plus longue (entre un an et un an et demi).

 - Pour les couches jetables, la taille 4 - qui correspond à la taille M des couches Hamac® - est celle qui recouvre la plus grande période de l’usage des couches par un enfant. Cette taille sera utilisée afin de réalisée cette étude.

- Les sacs poubelles utilisés ont un poids unitaire de 10 grammes (soit une contenance de 20 litres) et sont en Polyéthylène Basse Densité (PEBD).

- Une distance de 500 Km a été considérée entre le lieu de fabrication des couches jetables et le distributeur[36]. Concernant les couches Hamac®, la distance calculée est de 531 km.

- Une distance de transport de 12,2 Km a été prise en compte entre le lieu d’utilisation des couches (couche Hamac® et jetables) et le lieu où elles sont traitées en fin de vie. Cette donnée est tirée d’une étude de l’ADEME (Enquête collecte 2007. Analyse des distances parcourues par les véhicules de collecte et transport des ordures ménagères).

 

I.9              2 – Les exigences et la qualité des données 

Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte en matière de données :

Le facteur géographique : L’ensemble de l’étude se limite au territoire français. Seuls les mix énergétiques allemand et italien ont été utilisés pour la fabrication de fournitures.

Le facteur temporel :Il assimile la date de la dernière mise à jour des données d’Ecoinvent V2.2 2010 ainsi que celle de la collecte des données de production et d’utilisation qui peuvent changer au cours du temps (moyens de transport, matériaux et procédés utilisés).


 

Le facteur technologique : Toutes les données relatives aux technologies de production ou de fin de vie sont issues de la base de données Ecoinvent V2.2 2010.

I.9              3 - La revue critique 

Conformément aux normes ISO14040 et ISO14044, l’étude doit être revue par une partie experte externe à la société Génération Plume pour valider que la méthodologie suivie est cohérente avec les exigences de la norme ISO 14040 et de la norme ISO 14044 pour une analyse de cycle de vie comparative destinée à être communiquée au public.

 

Les revues critiques de cette étude sont disponibles en ANNEXE.


 

II. Inventaire du cycle de vie 

Cette partie du rapport décrit plus en détails les composants de chacune des phases du cycle de vie des deux systèmes étudiés : les couches Hamac® et les couches jetables. Ces deux systèmes sont étudiés dans deux contextes différents : un usage domestique et un usage en crèche. De plus, les couches Hamac® sont étudiées dans quatre scénarios différents :

 

Scénario Hamac® microfibre :        Couche Hamac® et absorbants lavables en microfibre

Scénario Hamac® coton bio :          Couche Hamac® et absorbants lavables en coton bio

Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre :      Couche Hamac® et ¾ absorbants lavables microfibres + ¼ absorbants jetables

Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio :  Couche Hamac® et ¾ absorbants lavables coton bio + ¼ absorbants jetables

 

II.1         Les couches  Hamac® à usage domestique

 

Rappel de l’unité fonctionnelle :

 « Changer les couches d’un enfant durant ses 2,5 premières années, pendant la période 2010-2011, en France».

Le flux de référence est de 5,15 changes par jour pour l’usage domestique des couches Hamac®.

 

II.1             1 - Phase de production – couche Hamac® (composants et emballages)

Dans ce chapitre, il sera étudié en détails les composants des couches Hamac® ainsi que le conditionnement des produits finis pour envoi aux clients. Il sera étudié aussi la composition des sacs poubelles nécessaires lors de la phase d’usage et enfin la composition de la lessive.

Les données pour cette étape ont été collectées auprès des fournisseurs et des sous-traitants de la société Génération Plume et de documents internes à l’entreprise (fiches techniques notamment).

 

 

  • Composition des produits Hamac® à usage domestique

Dans le tableau ci-dessous est détaillé la composition de chaque élément Hamac® ainsi que leur poids.

 

 


 

 

Composant

Sous composant

Matières

 

Poids du composant (en gramme)

 

Culotte externe

Tissu

Maille microfibre :

86% Polyamide

14 % Elasthanne

26

Film thermoplastique de contre collage (Polyuréthane)

 

Etiquettes de composition, de taille et de marque

 

Tissé polyester

0,5

Scratchs

Polyamide

3

Hamac®

Nacelle imperméable

Maille 100% polyester avec enduction en polyuréthane

10

Elastique

35% polyamide, 55%

coton, 10% élasthanne

0,6

Absorbants lavable coton bio chanvre Hamac®

Partie externe : polaire

Maille 100% polyester

12

Partie interne

Maille Coton biologique 45% / Chanvre 55%

86

Etiquettes de composition et de taille

Tissé 100% Polyester

0,5

Absorbant lavable microfibre Hamac®

Polaire

Maille Polyester

 

6

 

Microfibre

Maille Polyester

48

Etiquettes de composition et de taille

Tissé 100% Polyester

0,5

Absorbants jetable Hamac®

Partie interne

100% Cellulose*

39

Partie externe

Polypropylène

1

Voile

 

Viscose (70%) + binder (30%)

1,85

 

*L’absorbant jetable Hamac® est à usage unique. Aucun bonus ou d’allocation d’émissions de CO2 n’est pris en compte pour éviter d’avoir un résultat négatif. La donnée de la  cellulose utilisée dans le logiciel Simapro ® ne prend pas en compte d’allocation ou de bonus. Cela est également le cas pour la couche jetable.

Tableau 9 : Description des composants des couches Hamac® à usage domestique


  • Conditionnement des couches Hamac® à usage domestique

Dans le tableau ci-dessous sont repris tous les conditionnements des produits Hamac® pour une utilisation des produits de 0 à 2 ans ½ (cartons d’expédition compris). La matière ainsi que le poids de chaque élément est détaillés.

 

Packaging

Sous composant

Matière

Poids du composant (en gramme)

Trousse kit essai Hamac®

Trousse + crochet

Polypropylène

14

Cartonnette

Carton

23

Packaging couche à l’unité Hamac®

Trousse + crochet

Polypropylène

9

Cartonnette

Carton

21

Packaging duo absorbants lavables Hamac®

Trousse

Polypropylène

8

Packaging absorbants jetables Hamac® (pour un paquet de 20)

 

Polyéthylène basse densité (PEBD ou LDPE)

7

Carton expédition

 

Carton

1 200

Tableau 10 : Conditionnement des couches Hamac® à usage domestique


 

  • Autres :

 

Dans cette rubrique, il est étudié la composition et les quantités de consommables utilisées lors de la phase d’usage des couches Hamac® (sac poubelle et lessive) ainsi que le flux de référence (soit le nombre de produits nécessaires pour répondre à l’unité fonctionnelle) en terme d’équipement Hamac®.

 

Composant

Matière

Poids du composant

(en grammes)

Sac poubelle

Polyéthylène basse densité (PEBD/ LDPE)

10

Tableau 11 : Sac poubelle (contenance 20 litres)[37]

 

Composant

Sous composant

pourcentage

Produit de lessive

Sodium C12-15 pareth sulfate

5%

Benzensulfonite acid C10-16  Alkyl

10%

Sodium carbonate

30%

Citric acid

5%

Sodium perborate preroxide

20%

Sodium silicate

5%

2 propenoic acid furnadione 2.5 polymere

5%

Tableau 12 : Composition produit de lessive étude Ariel poudre fraicheur alpine

 

Les lessives :

Evaluer les impacts environnementaux des lessives n’est pas très simple, compte tenu du peu de documentation disponible sur les quantités de substances utilisées dans les lessives. Les sources sont les suivantes :

  • Fds Ariel 128 tablets donnée 2006 PROCTER & GAMBLE,
  • A Database for the Life-Cycle Assessment of Procter & Gamble Laundry Detergents données 2001,
  • Erwan Saouter and Gert van Hoof Procter & Gamble, Eurocor, Temselaan 100, B-1853 Strombeek-Bever, Belgium,

 


 

Equipement :

Génération Plume recommande, pour un usage quotidien, un équipement par enfant de : quatre à six couches par taille (en Small, en Medium et en Large) et douze absorbants lavables par taille (Taille 1 et Taille 2). L’enfant utilise au total, de la naissance à l’âge de la propreté, quatorze couches Hamac® et vingt-cinq absorbants lavables.

 

L’équipement type à l’achat est :

-       1 Kit d’essai Hamac® : une couche, un absorbant lavable

-       13 Single Hamac® : treize couches

-       12 Duos d’absorbants : vingt-quatre absorbants lavables

 

L’équipement en consommables est :

-       Pour les scénarios lavables (microfibre et coton-bio), on consommera au total 1 859 voiles[38] et 40 sacs poubelle (afin de contenir les voiles Hamac®).

-       Pour les deux scénarios ¼ ¾, on consommera 1 040 absorbants jetables, 1450 voiles et 260 sacs poubelle (soit un sac poubelle par jour d’usage du jetable). Le nombre de voiles de protection diminue versus le scénario en 100% lavable car on n’utilise pas de voiles avec les inserts jetables.

 

Composant

Quantité pour

Scénario Hamac® coton Bio

Quantité pour

Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio

Quantité pour

Scénario Hamac® microfibre

Quantité pour

Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre

Couches Hamac®

14

14

14

14

Absorbants lavables Hamac® coton bio chanvre

25

25

0

0

Absorbants lavables Hamac® microfibre

0

0

25

25

Absorbants jetables Hamac®

 

0

 

 

1 040[39]

 

 

0

 

1 040

 

Voiles de protection

1 859

1 429

1 859

1 429

Trousse kit essai Hamac®

1

1

1

1

Packaging couche Hamac® à l’unité

 

13

 

13

 

13

 

13

Packaging duo absorbants lavables Hamac®

 

12

 

12

 

12

 

12

Packaging absorbants jetables (par 20)

 

0

 

 

52

 

0

 

52

Carton d’expédition[40]

1

4

1

4

Sac poubelle

40

260

40

260

 

Tableau 13 : Flux de référence pour l’utilisation des couches Hamac® à usage domestique

 

  • Consommation électricité/eau/gaz pour la fabrication des produits Hamac® domestique[41]:

 

Le tableau suivant résume la consommation d’électricité et d’eau utilisée pour la fabrication des produits Hamac® : tout d’abord pour un composant puis adapté à l’équipement complet pour un enfant de 0 à 2 ans ½.

Composant

Consommation d’électricité (kWh)

Consommation

d’eau (litre)

Consommation

 de gaz(m3)

Par composant

Pour 2 ans ½

Par composant

Pour 2 ans ½

Par composant

Pour 2 ans ½

Couche* Hamac®

0,07

0,98

0,52

7,28

0

0

Absorbants lavables* Hamac® coton bio et microfibre

0,04

1

0,33

8,25

0

0

Absorbants jetables** Hamac®

Pour les scénarios Hamac® mixte

0,042

43,68

0,006

6,25

0

0

Voiles de protection

0,0027

Dépend du scénario considéré

0,55

Dépend du scénario considéré

0,00074

Dépend du scénario considéré

 

*Mix énergétique français étant donné que les Couches et les absorbants lavables Hamac® sont fabriqués en France. 

** Mix énergétique italien étant donné que les absorbants jetables Hamac® sont fabriqués en Italie.

 

Tableau 14 : Consommation électricité/eau pour la fabrication des produits Hamac® domestique


 

II.1             2 - La phase d’utilisation à usage domestique sur 2 ans ½

–couche Hamac®

Les données collectées pour cette étape sont tirées d’une enquête réalisée auprès de 161 parents utilisateurs de couches Hamac® durant la période 2010-2011. Quant à la lessive, les données sont issues de documents publics disponibles sur internet.

Rinçage des Couches Hamac® après le change

(33% des changes)

Quantité pour

Scénario Hamac® coton Bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ coton bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  microfibre

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ microfibre

Consommation  d’eau (litres)

1 284

999

1 284

999

Lavage des Couches et des absorbants lavables Hamac® à la machine à laver classique

Quantité pour

Scénario Hamac® coton Bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ coton bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  microfibre

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ microfibre

Consommation  d’eau (litres)

10 004

(1 lessive tous les 2 jours)

7 196

(1 lessive tous les 3 jours)

5 126

(1 lessive tous les 2 jours)

3 675

(1 lessive tous les 3 jours)

Consommation d’électricité (kWh)

103

74

51

37

Séchage des absorbants lavables au sèche-linge

Quantité pour

Scénario Hamac® coton Bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ coton bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  microfibre

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ microfibre

Consommation d’électricité (kWh)

270

193

0

Absorbant microfibre non passé au sèche-linge

(Séchage à l’air libre car le temps de séchage est équivalent à moins d’un change)

0

Absorbant microfibre non passé au sèche-linge

(Séchage à l’air libre car le temps de séchage est équivalent à moins d’un change)

Chasse d’eau pour évacuation des voiles

(50% voiles jetés aux toilettes)

Quantité pour

Scénario Hamac® coton Bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ coton bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  microfibre

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ microfibre

Consommation  d’eau (litres)

2 072

2 072

On considère que même en utilisant les absorbants jetables. Les selles sont jetées aux toilettes

2 072

2 072

On considère que même en utilisant les absorbants jetables. Les selles sont jetées aux toilettes

Produit de lessive pour le lavage

Quantité pour

Scénario Hamac® coton Bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ coton bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  microfibre

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ microfibre

Consommation de produit de lessive (g)

13 350

6 868

9 536

4 906

 

Tableau 15 : Description de la phase d’utilisation des couches Hamac® à usage domestique

II.1             3 – La phase de transport –couche Hamac ®

Les données pour cette étape ont été collectées auprès des fournisseurs et des sous-traitants de la société Génération Plume et de documents internes à l’entreprise.

 

Composant

Etape

Moyens de transport utilisés

Distance (en Km)

 

Culotte extérieure

Transport du tissu de la culotte du fabricant au sous-traitant de contre- collage

Transport par camion 16-32 tonnes

525

 

Transport du tissu contrecollé du sous-traitant de contre-collage à l’usine de fabrication*

Transport par camion 16-32t

558

 

Transport des scratchs/agrippant du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport routier 3,5-7 t

125

 

Nacelle

Transport du tissu du Hamac® du fournisseur à un sous-traitant

Transport par camion 16-32 t

295

 
 

Transport des Hamac® du sous-traitant  à l’usine de fabrication

Transport par camion 16-32t

242

 

Transport des élastiques du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport par camion 3,5-7 t

982

 
 

Absorbant lavable coton bio chanvre

Transport de la polaire (face externe de l’absorbant) du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport par camion 16-32t

 

 

1463

 

 
 

Transport du molleton coton bio chanvre du producteur au fournisseur "intermédiaire"

Transport maritime transocéanique

15924

 
 

Transport du molleton coton bio chanvre du fournisseur "intermédiaire" à l’usine de fabrication

Transport par camion 16-32t

533

 

Absorbant lavable  microfibre

 

Transport de la microfibre du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport par camion 16-32t

1599

 

Transport de la polaire (face externe de l’absorbant) du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport par camion 16-32t

1463

 

Etiquettes (pour couches et absorbants lavables)

Transport des étiquettes du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport routier 3,5-7 t

543

 

Absorbants jetables

Transport de l’emballage du fournisseur au fournisseur d’absorbants jetable

Transport par camion 3,5-7 t

147

 

Transport des absorbants jetables emballés du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport par camion 16-32t

1213

 

Voile

Transport du fabricant à l’usine de fabrication

Transport par camion 16-32t

635

 

kit essai Hamac®

Transport du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport par camion 3,5-7 t

263

 

Trousse pour packaging

Transport du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport par camion 3,5-7 t

315

 

Cartonnette pour packaging

Transport du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport par camion 3,5-7 t

272

 

Carton d'expédition

Transport du fournisseur à l’usine de fabrication

Transport par camion 3,5-7 t

215

 

Produits Hamac® emballés

Transport de l’usine de fabrication au distributeur

Transport par camion 3,5-7 t

531

 

Produits Hamac® en fin de vie

Transport du lieu d’utilisation jusqu'au lieu de traitement des déchets

Transport par camion 3,5-7 t

12,2

 

 

* Usine de fabrication : lieu où sont fabriqués les produits finis Hamac® (situé en France) avant d’être expédiés directement vers les distributeurs des produits Hamac®.

Tableau 16 : Etapes de la phase de transport des couches Hamac®

Le transport du domicile du client au lieu de vente a été pris en compte dans cette étude. La méthodologie de calcul est expliquée dans l’annexe 4

II.1             4 – La phase de fin de vie –couche Hamac ®

La fin de vie des couches a été modélisée suivant les scénarios envisagés et les données de l’ADEME pour le  mix français de traitement des ordures ménagères résiduelles.

Scénario de fin de vie des produits Hamac®, conditionnements, sacs poubelles et cartons d’expédition

Le tableau ci-dessous résume ce qui a été expliqué dans les chapitres précédents. La fin de vie spécifique des couches lavables n’étant pas modélisable par manque de données, ces dernières sont assimilées à des OMR (voir Chapitre I.5.4).

Composants

Scénario de fin de vie

Couche Hamac®

Faute de données sur la modélisation des 18% recyclés ou réutilisés le modèle des OMR a été utilisé.

Enfouissement 37,46% / Incinération 62,54%

 

Absorbants lavable

Absorbants jetable

Enfouissement 37,46% / Incinération 62,54%

Voiles de protection

Enfouissement 37,46% / Incinération 62,54%

Emballage absorbants jetables/ trousses utilisées pour les différents packagings/sacs poubelle

Enfouissement 37,46% / Incinération 62,54%

Carton expédition / Cartonnette utilisée pour les différents packagings

Recyclage 86,9% / Incinération ; enfouissement (13,1%)

Tableau17 : Scénarios de fin de vie des composants des couches Hamac

 

  • Masse de déchets envoyés aux OMR (ordures ménagères résiduelles)

Les absorbants jetables et les voiles (voir les proportions jetées à la poubelle dans les chapitres précédents) sont jetés généralement dans les poubelles OMR puisque aucune filière de recyclage n’existe aujourd’hui même si des projets pilotes sont en cours.

Dans les scénarios Hamac® coton bio et Hamac® microfibre, seuls les voiles sont jetés, alors que dans les scénarios Hamac® ¼ ¾, les absorbants jetables et les voiles sont jetés. Il est à noter que le poids humide des absorbants a été pris en compte.

déchets

Quantité pour

Scénario Hamac® coton Bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ coton bio

Quantité pour

Scénario Hamac®  microfibre

Quantité pour

Scénario Hamac®  ¼ ¾ microfibre

masse®[42]

1,9 kg

202 kg

1,9 kg

202 kg

Tableau 18 : Masse de déchets envoyés aux OMR

 

II.1               5 - Analyse de la qualité des données

Toutes les données liées aux matières premières, mix énergétiques, transports et traitements de fin de vie  sont issues de la banque de donnée Ecoinvent V2.2 2010. Environ la moitié est définie en termes de variabilité.

Les données sur la culture de coton biologique sont modélisées à partir de la donnée Ecoinvent sur la culture traditionnelle. En effet il n’existe pas de données sur la culture bio. Les intrants liés à l’utilisation de pesticides et fertilisants ont été retirés de la donnée traditionnelle afin de s’approcher du modèle de culture biologique. Cependant des intrants existent qu’Hamac n’a pas pu modéliser faute de données. Afin d’évaluer le poids de la culture biologique ou traditionnelle une étude de sensibilité a été réalisée.

Les données liées aux consommations d’énergies pour la fabrication de constituants des couches lavables sont issues des fournisseurs à qui Hamac a demandé d’évaluer leur consommation. Une attention toute particulière a été portée aux voiles et aux absorbants jetables, notamment par l’explication de leur méthodologie de calcul. Concernant, les absorbants jetables, les données de consommations sont tirées d’une analyse de cycle de vie réalisée par le sous-traitant, suivant les standards UNI EN ISO 14040:2006 et UNI EN ISO 14044:2006.

Les données sur les traitements de fin de vie sont issues de la banque de donnée Ecoinvent. Evaluer le poids d’une substance particulière notamment pour le traitement des eaux usées est très complexe, c’est pourquoi Hamac a utilisé des valeurs moyennes qui sont fonction des masses traitées.


 

II.2   Les couches Hamac® en crèche

 

Le système Hamac® est également utilisé en collectivité au sein de crèches. Les crèches peuvent accueillir les enfants à partir de trois mois et jusqu’à l’entrée à l’école maternelle (vers l’âge de 2 ans 1/2). En moyenne, un enfant rentre à l’âge de 6 mois, la durée de temps passée en crèche est de 2 ans, soit 470 jours[43]. Dans l’étude, il a été pris en compte cette durée de 470 jours.

 

La couche Hamac® collectivité et la couche Hamac® à usage domestique reposent sur la même innovation brevetée. Seuls trois éléments diffèrent. La composition du textile des couches est différente : 72% Polyamide - 28% Elasthanne pour la couche Hamac® collectivité et 86% polyamide – 14% élasthanne pour la couche Hamac® à usage domestique. Le textile utilisé de la couche collectivité est d’une qualité supérieure et offre une meilleure tenue dans le temps ce qui convient parfaitement à l’usage intensif en crèche. En termes de poids, les deux modèles de couches sont identiques.

 

Deuxième différenciation, les crèches n’utilisent que l’absorbant microfibre. Elles n’utilisent pas les absorbants coton-bio et chanvre, ni les absorbants jetables. En effet, l’absorbant microfibre est le seul absorbant recommandé par Hamac® aux crèches pour sa matière favorisant un séchage rapide et une souplesse durable. Quant à l’absorbant jetable, les crèches n’optent pas pour cette solution plus coûteuse et occasionnant plus de déchets dans leurs poubelles.

 

Enfin, la troisième différenciation concerne les conditions d’usage. En crèche, un voile de protection est utilisé et jeté à chaque change.

 


En conclusion, les crèches optant pour Hamac® utilisent la Couche Collectivité Hamac ® avec un absorbant en microfibre et un voile de protection à chaque change.

 

 

Entre octobre et novembre 2010, la société Génération Plume a mis en place, avec le laboratoire de test Paris Région Lab., un test de ses Couches Collectivités dans deux crèches parisiennes de 15 enfants chacune pendant une durée de cinq semaines. Ce test a été audité sur cette durée par un cabinet d’études externe. L’objectif de cette expérimentation a été l’évaluation économique et pratique des couches collectivités Hamac® en crèches. L’une des deux structures utilisait déjà des couches lavables alors que la seconde était en couche jetable.


 

Dans le cadre de cette expérimentation en crèches, les données recueillies ont permis de déterminer un usage moyen de couches en crèche sur 2 ans : 15 enfants par crèche et 3 changes par jour par enfant que ce soit en couches jetables ou en couches Hamac®[44].

 

L’équipement nécessaire est de trois couches et de trois absorbants par enfant sur 2 ans, ainsi que trois voiles par jour par enfant. La durée de vie des couches Hamac est de 2 ans minimum. Pour rappel, la taille M est également la taille la plus utilisée en crèche. Elle servira de référence pour les calculs d’impact[45].

 

Génération Plume est partie de ces données pour établir et répondre à l’unité fonctionnelle pour le calcul de l’ACV des couches Hamac® en collectivité. Génération Plume a travaillé également sur plusieurs hypothèses complémentaires pour étoffer les résultats et identifier les amplitudes possibles sur chaque indicateur. Les analyses de sensibilité complémentaires prises en compte sont : le nombre de change (quatre changes versus trois changes), la prise en compte ou non du sèche-linge, la classe de la machine à laver (classe A versus classe A +) et la durée de vie du produit (2 an versus un an).

 

Toute analyse de sensibilité qui modifie le nombre de produits nécessaires pour répondre à l’unité fonctionnelle doit faire l’objet d’un scénario complémentaire au scénario in situ (3 changes/jour) issu de l’expérimentation.

 

La variation du nombre de change a donc dû tout particulièrement faire l’objet d’un scénario bien distinct au lieu d’une simple analyse de sensibilité car cette hypothèse implique une modification du nombre de produits nécessaires (flux de référence) pour répondre à l’unité fonctionnelle. De ce fait, cette hypothèse de quatre changes par jour par enfant a donc été étudiée en parallèle du cas relevé dans l’expérimentation in situ --trois changes par jour par enfant. On les nommera par la suite :

-       Scénario Crèche Hamac® : trois changes / jour

-       Scénario Quatre changes / jour

 

L’équipement nécessaire pour assurer trois changes par jour est de trois couches et de trois absorbants lavables Hamac® par enfant durant les 2 ans en crèche (avec un lavage journalier). Alors que l’équipement est de quatre couches et de quatre absorbants dans le cas du scénario à quatre changes par jour.

On peut préciser que les couches en crèche ne sont pas nominatives, quel que soit l’évolution de la taille de l’enfant, les couches sont portées indifféremment sur différents enfants.


 

Composant

Quantité pour un enfant

(sur 2 ans)

Quantité pour quinze enfants

(sur 2 ans)

scénario  crèche Hamac® : trois changes/j

scénario Quatre changes/j

scénario  crèche Hamac® : trois changes/j

scénario Quatre changes/j

Couche Hamac®

3

4

15*3 = 45

15*4 = 60

Absorbant microfibre lavable Hamac®

3

4

15*3 = 45

15*4 = 60

Voile de protection Hamac®

3*470 = 1 410

4*470 = 1 880

15*1410 = 21 150

15*1880 = 28 200

Carton d’expédition[46]

 

 

2

3

Tableau 19 : Flux de référence pour l’utilisation des produits Collectivités Hamac® (couches, absorbants, voiles)

 

  • Consommation électricité/eau pour la fabrication des produits Hamac® crèche:

Scénario crèche Hamac® : trois changes/j sur 2 ans (durée de vie de la couche Hamac® : 2 ans)  

Scénario quatre changes/j sur 2 ans (durée de vie de la couche Hamac® : 2 ans)

 

Composant

Consommation d’électricité* (kWh) / composant

Consommation d’électricité (kWh) Scénario crèche Hamac® : trois changes/j

Consommation d’électricité (kWh)

Scénario 4 changes / j

Couche Hamac®

0,07

3,2

4,2

Absorbant lavable

0,04

1,8

2,4

Voile de protection

0,0027

57,1

76,14

Composant

Consommation d’eau (l) / composant

Consommation d’eau (l) Scénario crèche Hamac® : trois changes/j

Consommation d’eau (l)

Scénario 4 changes / j

Couche Hamac®*

0,52

23,4

31,2

Absorbant lavable microfibre Hamac®*

0,33

14,9

19,8

Voile de protection

0,55

11 633

15 510

* Mix énergétique français étant donné que les couches et les absorbants lavables Hamac® sont fabriqués en France.

Tableau 20 : Consommation eau/électricité pour la  fabrication des produits Collectivités Hamac® (couches, absorbants, voiles)

Les scénarios d’équipement ont été établis : le Scénario crèche Hamac® et le scenario complémentaire. La phase d’usage des produits et leur entretien peuvent être maintenant étudiés.


 

  • Phase utilisation des Couches Collectivités Hamac® en crèche :

L’entretien des couches Hamac® en crèche se fait au sein de la structure (l’entretien externalisé n’est pas pris en compte dans cette étude). Les produits Hamac® peuvent être lavés avec le reste du linge de l’enfant ou avec le linge de change de la crèche (gant, serviette). Pour des structures de quinze enfants, la lessive utilisée est une lessive classique disponible en magasin et la machine à laver utilisée ne dépasse pas, dans ce cas, une capacité de cinq kilogrammes de linge. Pour ne pas abîmer les produits Hamac et veiller à leur durabilité, Génération Plume valide avec la crèche la lessive utilisée, interdit l’usage de tous produits d’entretien agressifs et interdit également tout ajout d’adoucissant.

A chaque change, les Couches Collectivités Hamac® sont rincées avant d’être lavées. A chaque change, un voile de protection est utilisé et évacué à la poubelle (le professionnel de la Petit Enfance devant toujours avoir une main sur l’enfant, le voile est directement jeté dans la poubelle se trouvant à portée de main).

Deux cycles de lavage à 60°C sont effectués par jour pour le lavage des couches et des absorbants lavables Hamac®. L’ensemble est systématiquement séché au sèche-linge juste après être sortis du lave-linge. Dans le scénario crèche Hamac®, de trois changes par jour, un cycle de lavage-séchage lavera en moyenne 22,5 couches et 22,5 absorbants[47]. Dans le cas du scenario quatre changes/jour, un cycle de lavage-séchage lavera trente couches et trente absorbants.

Les consommations d’électricité et d’eau liées à l’utilisation du lave-linge et du sèche-linge sont les mêmes que celles utilisées pour l’usage domestique (données liées à une machine d’une capacité de 5 kg : machine utilisée dans les deux crèches pilotes Hamac® de 15 enfants). Une répartition massique par rapport au poids du linge est effectuée. Le poids des couches Hamac® Domestique et des couches Hamac® Collectivité est identique.


 

Entretien sur 2 ans d’usage (données indépendantes de la durée de vie du produit)

 

Scénario crèche Hamac® : trois changes/j

Scenario Quatre changes/j

Rinçage des couches Hamac® après chaque change

 

 

Consommation  d’eau (litres)

17 625

23 500

Lavage des couches et absorbants lavables microfibres Hamac® à la machine à laver

 

 

Consommation  d’eau (litres) : calcul en fonction du poids du linge sur la base de 60 L d’eau pour une machine de 5 kg

29 528

 

39 371

 

Consommation d’électricité (kWh)

448

597

Séchage des couches Hamac® et des absorbants lavables microfibres au sèche-linge

 

 

Consommation d’électricité (kWh)

2 193

2 924

Produit de lessive pour le lavage

 

 

Consommation de produit de lessive (g)

(il a été pris en compte 12 g/ kg de linge, préconisé par les crèches et médecin de PMI)

29 441

39 254

Sac poubelle pour les voiles

 

 

Consommation de sacs poubelles (kg)

1 sac poubelle / jour attribué aux voiles (poids sac : 10 g)

4,7

4,7

Tableau 21 : Description de la phase d’utilisation des couches Collectivités Hamac® en crèche

Les phases de transport et de fin de vie sont similaires à celles des couches Hamac® à usage domestique.

II.3         Les couches jetables 

 

Pour les couches jetables, les  informations sont extraites principalement de l’étude « Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK » publiée en 2005 et sa mise à jour parue en 2008. Ces données ont été complétées par d’autres études dont la source est citée à chaque fois dans ce rapport et, si nécessaire, adaptées au mix énergétique du pays concerné.

  • Usage domestique des couches jetables

Un enfant portera de la naissance jusqu’à l’âge de la propreté 4562,5 couches avec une fréquence en moyenne de cinq changes par jour[48]. Il a été pris en compte l’utilisation d’un sac poubelle par jour pour le stockage des couches jetables souillées, soit une consommation de 912,5 sacs poubelle sur les 2 ans 1/2. Dans cette Analyse de Cycle de Vie, l’usage de poubelles spéciales et/ou de sacs spéciaux individuels permettant de diminuer les odeurs avant l’évacuation hors du foyer des couches souillées n’a pas été prise en compte dans la phase d’utilisation des couches jetables.

Il existe plusieurs marques de couches jetables pouvant être utilisées aussi bien en crèche qu’à la maison. Il n’existe pas de couches jetables spécifiques pour l’usage en crèche. La composition est donc la même ainsi que la fabrication. Chaque couche jetable pèse en moyenne 38,6 grammes[49]. Cependant, sur la phase d’usage il existe deux différences : l’usage des sacs poubelles et le conditionnement des produits (liées à l’unité fonctionnelle et au flux de référence).

  • Usage en crèche des couches jetables

En crèche, un enfant changera 3 fois de couches jetables par jour. Cela représente une consommation de 21 150 couches jetables en 2 ans pour 15 enfants. Les couches jetables sont utilisées de la même manière en crèche qu’à la maison. Deux sacs poubelle par jour sont utilisés pour le stockage des couches jetables souillées, soit une consommation de 940 sacs poubelle sur 2 ans. Ces sacs sont d’une plus grande taille que ceux utilisés pour un usage domestique étant donné qu’ils contiennent une quantité supérieure de couches souillées.


 

II.3             1- la phase de production des couches jetables

  • Composition d’une couche jetable[50]:

Composant

Sous composant

Part du composant dans le poids de la couche jetable (%)

Poids du composant (g)

Cellulose blanchie

Pate de sulfate blanchie

34,1

13,16

 SAP (polyacrylate de sodium)*

Acide acrylique (50%)

32,4

12,51

Hydroxyde de sodium (50%)

Polypropylène

 

16,6

6,41

Polyéthylène

 

6

2,32

Adhésifs (Hot melt)

 

3,8

1,47

PET

 

 

2,2

0,84

Autres (viscose)

 

 

4,8

 

1,85

 

* Le SAP est produit à partir de la polymérisation de l'acide acrylique et de l’hydroxyde de sodium pour constituer le polyacrylate de sodium. Comme il n’a pas été possible d’obtenir une information sur la répartition de ces deux composants du SAP, une répartition de 50% pour chacun d’entre eux a été faite dans cette étude.

Tableau 22 : Composition d’une couche jetable

  • Conditionnement[51] :

Composant

Usage Domestique

Usage en crèche

Poids pour 4562,5 couches (g)

Poids pour 21150 couches (g)

Carton

4350

20180

Emballage PE

6580

30500

Emballage Pehd (Polyéthylène haute densité)

1020

4750

Tableau 23 : Composants pour le conditionnement des couches jetables

  • Autres :

Composant

Matière

Poids du composant (en gramme)

Usage domestique

Usage en crèche

Sac poubelle

Polyéthylène basse densité (PEBD / LDPE)

10

15

 

Tableau 24 : Sacs poubelle
Consommation d’électricité/eau pour la fabrication des couches jetables:

L’étude Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK-2005 a fourni des données concernant la consommation d’eau et d’électricité pour la fabrication des couches jetables. Concernant la consommation d’eau et d’énergie pour la fabrication des matières premières des différents composants des couches jetables, cela est directement pris en compte dans les différentes données utilisées de la base de données Ecoinvent V2.2 du logiciel Simapro®. L’extrusion de la matière première en film plastique n’a pas été prise en compte (manque de données).

Type de consommation

 

1 tonne de couches jetables

Une couche jetable

(38,6 g)

Usage domestique

Usage en crèche

4562,5 couches jetables

21150 couches jetables

Consommation d’électricité* (kWh)

674,2

0,026

118,73

550,41

Consommation de gaz naturel (kWh)

49,7

0,0019

8,75

40,57

Consommation d'eau

(en litre)

440,3

0,017

77,61

359,46

* Mix énergétique allemand étant donné que le plus gros site de fabrication de couches jetables distribuant ce type de produits en France se situe en Allemagne (Euskirchen, en Rhénanie-du-Nord/West-phalie).

 

Tableau 25 : Consommation eau et électricité pour la fabrication des couches jetables

 

II.3             2 – La phase de transport des couches jetables 

 

Etape

Moyens de transport utilisés

Distance (en Km)

 

Transport des matières premières jusqu'à l'usine de fabrication

Transport par camion

 (>32 tonnes)

1 000[52]

 

Transport maritime transocéanique

1 000

 

Transport de couches jetables de l'usine de fabrication au centre logistique

Transport  par camion

(>32 tonnes)

500

 
 
 

Transport des couches jusqu'au lieu de traitement des déchets

Transport par camion 3,5-7 t

12

 

 

Tableau 26 : Etapes de la phase de transport des couches jetables

II.3             3- La phase de fin de vie des couches jetables 

 

Composant

Procédés d'élimination

Couche jetable

37,46 % Enfouissement/ 62,54 % incinération

Carton (emballage)

Recyclage 86,9% / Incinération ; enfouissement (13,1%)

PE et HDPE (emballage)

37,46 % Enfouissement/ 62,54 % incinération

Sac Poubelle

37,46 % Enfouissement/ 62,54 % incinération

 

Tableau 27 : Scénarios de fin de vie des composants de la couche jetable et des consommables associés
III. Evaluation de l’impact du cycle de vie des couches Hamac® et des couches jetables

L’évaluation de l’impact du cycle de vie nécessite de passer par plusieurs étapes :

- Définition des catégories d’impacts et de la méthode de calcul.

- Evaluation de l’impact environnemental du cycle de vie des systèmes étudiés.

- Comparaison de l’impact environnemental du cycle de vie des systèmes étudiés.

- Interprétation des résultats.

III.1        Définition des catégories d’impacts et des méthodes de calcul

La modélisation des cycles de vie a été réalisée sous le logiciel Simapro ® 7.3, qui est un outil scientifique d'Analyse de Cycle de Vie, développé par Pré Consultant, bureau d’études basé aux Pays Bas. C’est un outil multicritères (plusieurs types d’indicateurs) et donnant des résultats d’ordres quantitatifs. Les données sont celles d’Ecoinvent V2.2. La méthode de calcul utilisée fut « CML Baseline version 2000 version 2.05 West Europe» et a été élaborée par CML (Center for Environmental Science, Leiden University) qui est une méthode mid-point. Elle permet ainsi de traduire des données d’inventaire de cycle de vie en catégories d’impacts. Cette méthode est la plus consensuelle et la plus utilisée en France. Les catégories choisies sont celles qui ont été prises en compte dans la seule étude d’analyse de cycle de vie réalisée sur les couches pour bébé suivant la norme ISO 14040 (ACV britannique). Cette  dernière a également eu recours à la méthode CML Baseline pour évaluer les catégories d’impacts. Enfin, concernant la base de données, c’est Ecoinvent V2.2 qui a été utilisée.

Les catégories d’impacts évaluées durant cette étude sont les suivantes :

Impacts

Méthodologie

Type d’indicateur

Epuisement des ressources non renouvelable

CML

Impact

Acidification

CML

Impact

Eutrophisation

CML

Impact

Réchauffement climatique (100 ans)

CML

Impact

Appauvrissement de la couche d'ozone

CML

Impact

Toxicité Humaine

CML

Impact

Ecotoxicité d’eau douce

CML

Impact

Ecotoxicité aquatique marine

CML

Impact

Ecotoxicité terrestre

CML

Impact

Oxydation photochimique

CML

Impact

Consommation d’eau

Voir ci-dessous

Flux

Consommation de bois

Voir ci-dessous

Flux

Consommation d’énergie totale

CUMUL ENERGY DEMAND 1.08

Flux

Tableau 28 : Catégories d’impacts évaluées durant cette étude


 

La définition de chacune de ces catégories se trouve en  Annexe. Il est à noter qu’il existe  une incertitude sur la méthode de calcul des catégories d’impacts relatives à la toxicité (écotoxicité aquatique marine, écotoxicité d’eau douce, écotoxicité terrestre et toxicité humaine). En effet, les indicateurs de toxicité sont des indicateurs encore enclins à des variabilités importantes que l’on peut observer par la différence de résultats obtenues en utilisant des méthodes de calcul différentes.

 

Par ailleurs, trois indicateurs de flux ont été ajoutés pour compléter cette évaluation : la consommation d’eau, la consommation de bois et la consommation d’énergie.

 

L’indicateur consommation de bois a été modélisé sur le logiciel Simapro ® par le biais de quatre différents flux élémentaires (à partir de la méthode de calcul BEES) : 

-       Wood, hard, standing.

-       Wood, primary forest, standing

-       Wood, soft, standing

-       Wood, unspecified, standing/m3

 

L’indicateur consommation d’eau a lui aussi été modélisé par différents flux élémentaires (à partir de la méthode de calcul ReCiPe+ quelques autres modules). L'empreinte de l'eau d'un produit est le volume de l'eau douce utilisé pour la fabrication du produit, mesuré sur la chaîne d'approvisionnement complète (source : The Water Footprint Assessment Manual Setting the Global Standard Arjen Y. Hoekstra, Ashok K. Chapagain,Maite M. Aldaya and Mesfin M. Mekonnen), ainsi que pour la phase d’utilisation, de transport et de fin de vie.

Cependant, il est à noter qu’aucune norme concernant la consommation d’eau et des impacts générés par son utilisation n’est disponible aujourd’hui. Des travaux sont en cours et font ressortir plusieurs points :

En premier lieu des indicateurs de flux existeront sûrement qui comptabiliseront les eaux douces, de rivières, de lacs sous la dénomination « eau bleu ». Ensuite, les eaux de pluie pourront être comptabilisées, il s’agit des « eaux vertes », et enfin un indicateur de pollution des eaux devrait voir le jour, il s’agit des « eaux grises ».

Dans cette étude et compte tenu des incertitudes liées à cet indicateur, seuls les flux présents ci-dessous sont pris en compte.

La méthodologie utilisée correspond à celle utilisée dans l’étude britannique.

  • Water, cooling, drinking 
  • Water, cooling, surface Water, cooling, unspecified natural origin/kg          
  • Water, cooling, unspecified natural origin/m3            
  • Water, cooling, well, in ground 
  • Water, fresh                   
  • Water, lake
  • Water, process and cooling, unspecified natural origin           
  • Water, process, drinking
  • Water, process, surface 
  • Water, process, unspecified natural origin/kg  
  • Water, process, unspecified natural origin/m3
  • Water, process, well, in ground 
  • Water, river                    
  • Water, unspecified natural origin/kg
  • Water, unspecified natural origin/m3              
  • Water, well, in ground   

 

 

Deux analyses de sensibilité ont aussi été réalisées,  pour comparer les différentes solutions de changes pour bébé, en utilisant les méthodes de l’affichage environnemental et la méthode ReCiPe endpoint.


 

III.2  L’évaluation de l’impact du cycle de vie des couches Hamac®

III.2           1 – le scénario« à usage domestique », caractérisation.

 

Caractérisation du Scénario Hamac® microfibre

 

Le Scénario Hamac® microfibre représenté dans la figure ci-dessous correspond à l’utilisation des couches Hamac® à usage domestique en ayant recours exclusivement aux absorbants lavables en microfibre à tous les changes. Il est le scénario de base le plus représentatif de l’usage des  produits Hamac®.

Il y a quatre étapes dans le cycle de vie des couches Hamac® : production, emballage, utilisation et fin de vie. Les transports (excepté le transport du consommateur vers le lieu de vente) sont comptabilisés dans l’étape de production.

Les résultats sont donnés pour tous les indicateurs et sont commentés plus particulièrement pour ceux choisis dans le référentiel (sur les couches) proposé par le groupe de travail GT4H participant aux travaux sur l’affichage environnemental des produits de grande consommation.

 

Légende :

              Phase de production                Phase d’utilisation             Phase d’emballage                Fin de vie

Figure 12 : Caractérisation du cycle de vie des couches Hamac® pour un usage domestique scénario Hamac® Microfibre (figure et tableau)


 

Valeurs de caractérisation :

Catégorie d'impact

Unité

Total

Production

utilisation

emballages

fin de vie

Abiotic depletion

kg Sb eq

0,40

0,22

0,13

0,02

0,02

Acidification

kg SO2 eq

0,31

0,18

0,09

0,01

0,03

Eutrophication

kg PO4--- eq

1,52E-01

1,91E-02

9,24E-03

1,90E-03

1,22E-01

Global warming (GWP100)

kg CO2 eq

70,15

37,61

17,49

3,03

12,03

Ozone layer depletion (ODP)

kg CFC-11 eq

3,06E-06

1,40E-06

1,07E-06

1,77E-07

4,06E-07

Human toxicity

kg 1,4-DB eq

30,98

8,41

14,56

0,58

7,42

Fresh water aquatic ecotox.

kg 1,4-DB eq

9,54

1,63

1,80

0,21

5,90

Marine aquatic ecotoxicity

kg 1,4-DB eq

11028,50

2971,73

2660,78

267,79

5128,19

Terrestrial ecotoxicity

kg 1,4-DB eq

0,89

0,21

0,58

0,01

0,09

Photochemical oxidation

kg C2H4

1,44E-02

8,02E-03

4,77E-03

4,02E-04

1,24E-03

consommation d'eau

liters

1,38E+04

1,74E+03

1,19E+04

6,45E+01

1,17E+02

consommation de bois

m3

2,08E-02

1,87E-02

8,37E-04

1,21E-03

3,53E-05

énergie non renouvelable

MJ

1654,57

568,19

973,40

44,27

68,71

 

 

Tableau 29 : Caractérisation du cycle de vie des couches Hamac® pour un usage domestique scénario Hamac® Microfibre (figure et tableau)

On peut constater à partir de cette figure que la phase de production est la plus impactante sur cinq catégories d’impact et de flux. Le traitement des eaux usées qui correspond à la phase de fin de vie contribue majoritairement à l’impact eutrophisation.

Pour l’indicateur de flux « consommation d’eau », sans surprise, la phase d’utilisation est principalement responsable

Concernant la phase de fin de vie et l’emballage, ils ont un impact peu important excepté pour les indicateurs eutrophisation, et écotoxicité aquatique (marine et eau douce).

Caractérisation sans la phase de fin de vie

 

 

Figure 13 : Caractérisation du scénario microfibre sans fin de vie

C’est le voile qui est responsable d’une part importante des impacts pour les gaz à effet de serre et l’épuisement des ressources naturelles avec respectivement 49% et 37% de contribution. La lessive est responsable toujours pour ces deux impacts 11% et 16% des scores. La consommation d’électricité est sources de 10,5% des émissions de gaz à effet de serre et de disparition des ressources naturelles. Enfin le transport des couches du distributeur au consommateur est responsable de 5% des émissions de gaz à effet de serre et de la disparation des ressources naturelles.

Détails de la phase de production :

 

 

Figure 14 : Détails des impacts pour la phase de production scénario microfibre Hamac

On peut constater que le voile est responsable en grande partie des impacts et notamment pour l’impact sur les GES et les disparitions de ressources naturelles. Le nombre de voiles et donc de matière première utilisée explique ce fait. Le second facteur impactant la phase de production est l’absorbant lavable en microfibre.

Détails de la phase d’utilisation pour l’impact gaz à effet de serre:

 

 


 

Figure 15 : Détails de la phase d’utilisation pour l’impact gaz à effet de serre

La phase d’utilisation est responsable d’une partie de l’impact sur les gaz à effet de serre. C’est la consommation d’électricité qui est principalement en cause ici, vient ensuite un constituant de la lessive, le sodium percarbonate.

Détails de la phase d’utilisation pour l’impact disparition des ressources naturelles:

 

 

Figure 16 : Détails de la phase d’utilisation pour l’impact disparition des ressources naturelles

La consommation d’électricité et de sodium percarbonate sont principalement responsable de cet impact.

Epuisement des ressources naturelles non renouvelables

Le tableau ci-dessous détaille les différents processus responsables  de cet impact

Process

Correspon

ndance

Impact du cycle de vie des couches Hamac® pour un usage domestique – scénario microfibre

(en équivalent kg antimoine)

%

Total sur tous les process

 

0,397

 

Viscose fibres, at plant/GLO S

Voile

0,085

21,56

Polyethylene terephthalate, granulate, amorphous, at plant/RER S

nacelle

0,047

12,00

Electricity, low voltage, at grid/FR S

Entretien

0,040

10,07

Natural gas, sweet, burned in production flare/m3/GLO S

Lessive

0,026

6,52

Nylon 6, at plant/RER S

Voile

0,020

4,97

Acrylic binder, 34% in H2O, at plant/RER S

Culotte

0,019

4,75

Sodium percarbonate, powder, at plant/RER S

Lessive

0,018

4,56

Tableau 30: Différents processus responsables  de l'impact "épuisement des ressources naturelles non renouvelables"

 

La fibre de viscose est la principale source d’impacts (22%) pour l’indicateur Epuisement des ressources naturelles non renouvelables devant la production de PET à 12%. Le PET est utilisée dans les absorbants lavables en microfibre. Vient ensuite la consommation d’électricité avec 10% de l’impact La combustion de gaz naturel intervient dans la production de voiles. L’acrylic binder quant à lui est un liant utilisé pour la confection des voiles.

 

Réchauffement climatique et rejet de CO2 eq

L’emballage et la fin de vie du produit contribuent le moins aux émissions de gaz à effet de serre contrairement à la production et l’utilisation qui y contribuent le plus.

 

Figure 17 : Emissions de gaz à effet de serre scénario Hamac® Microfibre


 

Le tableau ci-dessous détaille les différents processus responsables  de cet impact :


Process

Correspon

dance

Impact du cycle de vie des couches Hamac®  pour un usage domestique (scénario microfibre)

(en équivalent kg CO2)

%

Total des émissions de gaz à effet de serre

 

70,15

 

Viscose fibres, at plant/GLO S

Voile

22,19

31,63

Electricity, low voltage, at grid/FR S

Lave linge

6,30

8,97

Polyethylene terephthalate, granulate, amorphous, at plant/RER S

nacelle

3,78

5,39

Natural gas, sweet, burned in production flare/m3/GLO S

voile

3,38

4,82

Nylon 6, at plant/RER S

culotte

3,23

4,60

Disposal, plastics, mixture, 15.3% water, to municipal incineration/CH S

Fin de vie

2,90

4,13

Sodium percarbonate, powder, at plant/RER S

lessive

2,37

3,38

Tableau 31: Différents processus responsables de l'impact "Réchauffement climatique"

Les émissions de gaz à effet de serre sont causées à 32% par la production de fibres de viscose, ensuite viennent la consommation d’électricité (9%). Les processus restants non détaillés dans le tableau ci-dessus (car inférieur à 2%) représentent en addition 26% du total.  Sur tout le cycle de vie, les émissions de gaz à effet de serre sont équivalentes à 70 kg eq CO2.


Flux : la consommation d’eau

Le tableau ci-dessous détaille les différents processus responsables  de cet impact

 

Process

Correspondance

Impact du cycle de vie des couches Hamac®  pour un usage domestique- scénario microfibre

(en équivalent litre)

%

Total sur tous les process

 

1,38E+04

 

Tap water, at user/RER S

Entretien

9,58E+03

65,86

Viscose fibres, at plant/GLO S

Voile

1,31E+03

9,00

Tap water, at user/RER S

Voile Culotte

1,18E+03

8,13

Electricity, low voltage, at grid/FR S

lavage

5,89E+02

4,05

Sodium percarbonate, powder, at plant/RER

Lessive

3,44E+02

2,36

Tableau 32: Différents processus responsables de l'indicateur de flux "consommation d'eau"

Le principal facteur impactant sur la consommation d’eau est l’eau liée à la phase d’entretien des couches Hamac® (66%), notamment à l’utilisation du lave-linge classique (classe A en moyenne selon les parts de marché). Le second facteur concerne la fabrication du voile (9%).


 

Caractérisation du Scénario Hamac® coton bio

 

 

              Phase de production                Phase d’utilisation             Phase d’emballage                Fin de vie

Figure 18 : Caractérisation du Scénario Hamac® coton bio sur tout le cycle de vie

La phase  d’utilisation et de production sont principalement responsable des impacts sur l’environnement. La fin de vie est particulièrement impactante à propos de l’eutrophisation, notamment à cause du traitement des eaux usées.

Détails du cycle de vie sans fin de vie

 

 

Figure 19 : Caractérisation du Scénario Hamac® coton bio sans fin de vie

Le matelas lavable est responsable d’une partie importante de l’impact sur le réchauffement climatique avec une contribution de 26,4%. Vient ensuite la consommation électrique et le voile avec une contribution de 21,5% et 21%. On retrouve à peu près les mêmes scores pour l’impact sur l’épuisement des ressources non renouvelables.

Caractérisation du Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio

 

                     Phase de production                Phase d’utilisation             Phase d’emballage                Fin de vie

Figure 20 : Caractérisation du scenario Hamac® ¼ ¾ coton bio sur tout le cycle de vie

 

La phase de production est cette fois plus impactante que la phase d’utilisation notamment à cause de l’utilisation d’absorbants jetables. Cette observation se vérifie sur une majorité d’impacts.

Détails du cycle de vie sans fin de vie

 

 

Figure 21 : Caractérisation du Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio sans fin de vie

Le matelas jetable est responsable d’une partie importante des impacts sur le réchauffement climatique et disparitions des ressources naturelles avec une contribution de 32%. Vient ensuite le matelas lavable coton bio. A noter que la lessive contribue pour ces deux impacts à moins de 5 % des scores.


 

Caractérisation du Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre 

 

 

              Phase de production                Phase d’utilisation             Phase d’emballage                Fin de vie

Figure 22 : Caractérisation du Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre  sur tout le cycle de vie

La phase de production est cette fois plus impactante que la phase d’utilisation notamment à cause de l’utilisation d’absorbants jetables (même conclusion que sur le scénario ¼ ¾ coton-bio). Cette observation se vérifie sur une majorité d’impacts.

Détails du cycle de vie sans fin de vie

 

 

Figure 23 : Caractérisation du Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre sans fin de vie

Le matelas jetable est fortement responsable des impacts sur le réchauffement climatique et la disparition des ressources naturelles. Il contribue à 45% des scores. Vient ensuite le voile puis le matelas lavable en microfibre (contrairement au scénario précédent ou l’absorbant lavable en coton-bio arrivait en deuxième position).


 

Comparaison des différents usages domestiques des produits Hamac®

 

Comme cela a été expliqué dans ce rapport, il y a plusieurs façons d’utiliser les couches Hamac® pour un usage domestique :

Scénario Hamac® microfibre :        Couche Hamac® et absorbants lavables en microfibre

Scénario Hamac® coton bio :          Couche Hamac® et absorbants lavables en coton bio

Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre :      Couche Hamac® et ¾ absorbants lavables microfibres + ¼ absorbants jetables

-       Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio :   Couche Hamac® et ¾ absorbants lavables coton bio + ¼ absorbants jetables

Voici la comparaison de l’ensemble de ces scénarios sur les différentes catégories d’impacts et de flux :

 

Figure 24 : Comparaison des scénarios d’utilisation des couches Hamac® pour un usage domestique

Légende:

       CDV Scénario Hamac® coton bio                                     CDV Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio 

      CDV Scénario Hamac® microfibre                              CDV Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre 

 

 

Tableau 33 : Résultats des 4 scénarios des couches lavables

D’après cette figure, et le tableau ci-dessus, on observe des différences d’impacts importantes au sein même des scénarios sur la couche Hamac® (en fonction de leur mode d’utilisation et de leur matière utilisée). Le scénario d’utilisation des couches Hamac® le plus avantageux en termes d’impact environnemental est celui où l’on utilise les absorbants lavables en microfibre (scénario Hamac® microfibre).

Ainsi, l’utilisation des absorbants lavables en microfibre Hamac® est moins impactant que l’utilisation d’absorbants lavables coton bio chanvre Hamac® (sur toutes les catégories d’impacts et de flux).

On observe, par exemple, une diminution de plus de 50% de la consommation d’eau. Cela s’explique par différentes raisons :

-       Le poids de l’absorbant en microfibre est inférieur à celui de l’absorbant coton bio chanvre. Cela a une influence directe sur la consommation d’électricité et d’eau liée à l’utilisation du lave-linge.

-       La culture du coton utilisé dans l’absorbant coton bio chanvre nécessite une consommation d’eau importante.

D’autre part l’utilisation d’absorbants lavables en microfibre ne nécessite pas de séchage avec un sèche-linge.

L’utilisation d’absorbants jetables dans le scenario Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio et Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre est plus impactant sur les impacts GES et disparitions des ressources naturelles notamment à cause de la consommation d’électricité italienne nécessaire à sa production.

 On observe qu’avec l’utilisation de la microfibre  dans le Scénario Hamac® microfibre on peut réduire de :

-       69% l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables,

-       67% le réchauffement climatique,

-       52% la consommation d’eau

Cette comparaison est faite avec le Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio

 

Par ailleurs, l’utilisation des absorbants lavables Hamac® (coton bio chanvre ou microfibre) à tous les changes (Scénario Hamac® microfibre ou coton bio) est plus bénéfique, en général, par rapport à celle où l’on utilise à la fois des absorbants lavables Hamac® (coton bio chanvre ou microfibre) durant la semaine et des absorbants jetables Hamac® le week-end (scénario ¼ ¾ coton bio ou microfibre).


 

2- Le scénario « usage en crèche »

 

Le Scénario crèche Hamac® : trois changes/j représenté dans la figure ci-dessous correspond à l’utilisation des couches Hamac® en crèche (3 changes par jour, 15 enfants) avec des couches ayant une durée de vie de 2 ans.

 

Légende :

Phase de production             Phase d’utilisation                     Phase d’emballage               Fin de vie

Figure 25 : Caractérisation du cycle de vie des couches Hamac® en crèche

Valeur de caractérisation :

Catégorie d'impact

Unité

Total

Production

utilisation

emballages

fin de vie

Abiotic depletion

kg Sb eq

4,27E+00

1,73E+00

4,54E-01

1,83E-02

1,57E-01

Acidification

kg SO2 eq

3,98E+00

1,77E+00

2,23E-01

8,90E-03

1,79E-01

Eutrophication

kg PO4--- eq

9,36E-01

1,59E-01

2,68E-02

2,72E-03

6,28E-01

Global warming (GWP100)

kg CO2 eq

7,67E+02

3,42E+02

4,80E+01

4,10E+00

7,10E+01

Ozone layer depletion (ODP)

kg CFC-11 eq

2,90E-05

1,12E-05

2,02E-06

2,57E-07

2,22E-06

Human toxicity

kg 1,4-DB eq

4,24E+02

7,53E+01

3,18E+01

8,36E-01

3,97E+01

Fresh water aquatic ecotox.

kg 1,4-DB eq

7,49E+01

1,60E+01

5,38E+00

3,00E-01

2,99E+01

Marine aquatic ecotoxicity

kg 1,4-DB eq

1,05E+05

2,80E+04

7,21E+03

3,82E+02

2,74E+04

Terrestrial ecotoxicity

kg 1,4-DB eq

2,75E+01

2,20E+00

2,62E-01

1,01E-02

4,70E-01

Photochemical oxidation

kg C2H4

1,66E-01

7,68E-02

1,19E-02

4,55E-04

6,38E-03

consommation d'eau

liters

1,12E+05

2,96E+04

8,18E+04

7,49E+01

6,22E+02

consommation de bois

m3

2,36E-01

2,13E-01

3,91E-03

2,27E-03

1,83E-04

énergie totale

MJ

4,07E+04

4,63E+03

1,26E+03

4,03E+01

4,27E+02

 

Tableau 34 : Caractérisation du cycle de vie des couches Hamac® en crèche

En crèche, la phase de production et d’utilisation sont responsable des principaux impacts comme pour l’usage domestique.


 

Deux scénarios ont été étudiés pour l’usage des couches Hamac® en crèche (scénario Hamac® crèche : 3 changes/j et le scénario quatre changes/j. Voici donc la comparaison de ces scénarios en fonction de chacune des catégories d’impacts et de flux :

 

Légende :

        CDV Scénario Quatre changes / jour

        CDV Scénario crèche Hamac® : 3 changes / jour

Figure 26 : Comparaison du cycle de vie des couches Hamac® en crèche avec 3 et 4 changes/jour

 

Tableau 35 : Comparaison du cycle de vie des couches Hamac® en crèche avec 3 et 4 changes/jour

Un change quotidien supplémentaire (en passant de 3 à 4 changes) augmente l’impact environnemental de 25% pour un usage en crèche. Cette augmentation est identifiée sur tous les indicateurs. 


 

III.3 Evaluation de l’impact du cycle de vie des couches jetables

III.3           1 – Le scénario « usage domestique »des couches jetables

Le cycle de vie des couches jetables prend en compte la phase de production, les emballages ainsi que la phase de fin de vie. La phase d’utilisation n’implique que très peu d’impacts (principalement liée à l’usage de sacs poubelles).

 

Légende :

Phase de production          Phase d’utilisation             Phase d’emballage            Fin de vie

Figure 27 : Caractérisation de l’impact du cycle de vie des couches jetables

Valeurs de caractérisation :

Tableau 36 : Caractérisation de l’impact du cycle de vie des couches jetables

Les phases de production et de fin de vie sont les plus impactantes dans le cycle de vie des couches jetables avec un usage domestique pour l’indicateur réchauffement climatique et disparition des ressources naturelles


Caractérisation du cycle de vie des couches jetables

 

 

Figure 28 : Caractérisation du cycle de vie des couches jetables

La production de couches jetables est responsable d’une grande partie des impacts, et cela sur une majorité d’impacts. Toutefois, la fin de vie contribue de façon massive à deux impacts : fresh water ecotox et marine aquatic ecotox.

Le transport du centre de distribution au consommateur est assez peu impactant, sauf pour l’ozone layer depletion, et l’oxydation photochimique. Il est à noter que 3,8% de l’impact sur le réchauffement climatique lui est imputable.

Réchauffement climatique et rejet de CO2

 

La phase de production est la plus impactante (environ 77%) sur cet indicateur dans le cycle de vie des couches jetables.

 

Figure 29 : Emissions de gaz à effet de serre couches jetables par phase du cycle de vie

 

 

Le tableau ci-dessous détaille les différents processus responsable  de cet impact

Process

Impact du cycle de vie des couches jetables  pour un usage domestique

(en équivalent kg CO2)

%

Total of all processes

840,66

 

SAP

191,19

22,74

Sulphite pulp, bleached, at plant/RER S

115,73

13,77

Electricity, low voltage, at grid/DE S

104,85

12,47

Viscose fibres, at plant/GLO S

78,18

9,30

Polypropylene, granulate, at plant/RER S

57,31

6,82

Disposal, polypropylene, 15.9% water, to municipal incineration/CH S

46,37

5,52

 

Tableau 37 : Analyse de l’inventaire du cycle de vie de l’utilisation des couches jetables à usage domestique pour l’indicateur « réchauffement climatique »

D’après ce tableau, certains composants de la couche jetable ont un fort impact sur l’indicateur « réchauffement climatique » dont l’acide acrylique du SAP à hauteur de 22% et le sulphite pulp (13%).

Epuisement des ressources naturelles non renouvelables

 

Le tableau ci-dessous détaille les différents processus responsable  de cet impact

Process

Impact du cycle de vie couches jetables  pour un usage grand public (en équivalent kg antimoine)

%

Total of all processes

6,33

 

SAP

2,28

36,04

Polypropylene, granulate, at plant/RER S

0,95

14,95

Electricity, low voltage, at grid/DE S

0,75

11,82

Polyethylene, LDPE, granulate, at plant/RER S

0,41

6,48

Viscose fibres, at plant/GLO S

0,30

4,73

Tableau 38 : Analyse de l’inventaire du cycle de vie de l’utilisation des couches jetables à usage domestique pour l’indicateur « épuisement des ressources naturelles non renouvelables »


 

La fabrication du SAP est principalement responsable de l’impact sur la disparition des ressources naturelles (36%). En seconde position, le polypropylène est responsable à hauteur de 15%.

Flux : la consommation d’eau

 

Process

Impact du cycle de vie des couches jetables (en équivalent litre)

%

Total of all processes

2,52E+04

 

Sulphite pulp, bleached, at plant/RER S

9,31E+03

36,95

Viscose fibres, at plant/GLO S

4,61E+03

18,29

Electricity, low voltage, at grid/DE S

3,88E+03

15,41

Extrusion, plastic film/RER S

2,91E+03

11,56

Le tableau ci-dessous détaille les différentes étapes du cycle de vie des couches jetables les plus impactantes sur l’indicateur de flux étudié.

Tableau 39 : Analyse de l’inventaire du cycle de vie de l’utilisation des couches jetables  à usage domestique pour l’indicateur « consommation d’eau »

D’après ce tableau, on observe que la phase de fabrication du Sulphite pulp est la plus consommatrice d’eau sur tout le cycle de vie des couches jetables (37%).

Comparaison à l’étude anglaise :

 

 

Tableau 40: impact profile for disposable nappy systems (1 child, 2,5 years, 4,16 changes /day) - tableau tiré de l'ACV Anglaise

A propos des deux indicateurs plus particulièrement retenus une différence de 22% est constatée. Cela peut s’expliquer par le nombre de changes pris en compte. En effet dans l’étude anglaise 4,16 changes (3 796 couches) sont considérés alors que dans cette étude il en a été pris 5. D’autre part l’utilisation de données plus récentes et le choix de n’attribuer aucune allocation à l’incinération en fin de vie expliquent cette différence.


 

Enfin compte tenu du pourcentage d’incinération en France des ordures ménagères, les impacts liés à la fin de vie sont plus conséquents

III.3           2- Le scénario « usage en crèche » des couches jetables

 

Le cycle de vie des couches jetables pour un usage en crèche prend également en compte la phase de production, les emballages ainsi que la phase de fin de vie. Les phases de production et de fin de vie sont là aussi les phases plus impactantes.

 

Figure 30 : Caractérisation pour l’utilisation des couches jetables pour un usage en crèche

Légende :

Phase de production         Phase d’utilisation              Phase d’emballage            Fin de vie

Voici par ailleurs les valeurs de caractérisation pour chacune des catégories d’impacts et de flux pour l’utilisation des couches jetables en crèche :

Tableau 41 : Valeurs de caractérisation pour l’utilisation des couches jetables pour un usage en crèche


 

III.4        Comparaison de l’impact du cycle de vie des systèmes couches Hamac® et couches jetables

 

Après avoir évalué l’impact du cycle de vie des couches Hamac® et celui des couches jetables, pour un usage en crèche et un usage domestique, l’étape suivante est de comparer ensemble l’impact du cycle de vie de ces deux différents types de couches pour chacun des deux usages. Rappel : ces résultats sont valables pour la France.

III.4           1 – Le scénario « usage domestique » des deux systèmes

 

 

Légende:

               CDV Scénario Hamac® coton bio                            CDV Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio 

CDV Scénario Hamac® microfibre                          CDV Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre 

CDV Scénario couche jetable (5 changes/jour)

Figure 31 : Comparaison de l’impact du cycle de vie des couches Hamac® et couches jetables

 

Tableau 42: Comparaison de l’impact du cycle de vie des couches Hamac® et couches jetables

Les couches jetables sont généralement plus impactantes que les couches Hamac® pour un usage domestique. Cela est valable quel que soit le type d’absorbant lavable Hamac® utilisé (coton bio chanvre ou microfibre) et quel que soit le mode de leur utilisation (100% absorbants lavables ou utilisation ¼ absorbants jetables et ¾ absorbants lavables). On constate cela sur l’ensemble des catégories d’impacts et de flux évaluées sauf sur celui de la consommation d’eau et l’écotoxicité terrestre. Encore que certains scénarios Hamac® sont moins impactants sur ces deux indicateurs comparés aux couches jetables.

Concernant l’impact écotoxicité terrestre, la consommation d’électricité liée à l’utilisation de lave-linge et sèche-linge, est responsable de cet impact.

Par ailleurs, en ayant recours aux couches Hamac® avec le scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio (le scénario le plus impactant d’utilisation des couches Hamac®), on observe une diminution sur une majorité des catégories d’impacts et de flux par rapport à l’utilisation de couches jetables. 

En utilisant les couches Hamac® en mode 100% lavable avec des absorbants en microfibre (scénario le moins impactant d’utilisation des couches Hamac®), cet écart d’impact augmente en faveur des couches Hamac® (figure ci-dessous), en ayant par exemple une diminution de l’impact réchauffement climatique de 92% (voir tableaux de comparaison ci-dessous).

 

Légende:

CDV Scénario Hamac® microfibre                    CDV Scénario couche jetable

Figure 32: Comparaison de l’impact du scénario Hamac® Microfibre et couches jetables


 

 

Figure 33 : Comparaison de l’émission de gaz à effet de serre des couches jetables versus le scénario Hamac® microfibre

 

 


 

III.4    2 – Le scénario « usage en crèche » des deux systèmes

On retrouve ci-dessous les trois scénarios (lavables et jetables confondus) avec un usage en crèche :

Catégorie d'impact

Unité

CDV
Couches jetables :

CDVScénario
 Quatre changes / jour ( en Hamac®)

CDVScénario
 crèche Hamac® :
trois changes/jour

Abiotic depletion

kg Sb eq

26,18

5,70

4,27

Acidification

kg SO2 eq

9,23

5,31

3,98

Eutrophication

kg PO4--- eq

2,04

1,25

0,94

Global warming (GWP100)

kg CO2 eq

3,5E+03

1,02E+03

7,67E+02

Ozone layer depletion (ODP)

kg CFC-11 eq

9,46E-05

3,87E-05

2,90E-05

Human toxicity

kg 1,4-DB eq

702,12

564,88

423,58

Fresh water aquatic ecotox.

kg 1,4-DB eq

664,14

99,84

74,86

Marine aquatic ecotoxicity

kg 1,4-DB eq

7,65E+05

1,40E+05

1,05E+05

Terrestrial ecotoxicity

kg 1,4-DB eq

10,60

36,63

27,47

Photochemical oxidation

kg C2H4

0,41

0,22

0,17

consommation d'eau

liters

1,06E+05

1,49E+05

1,12E+05

consommation de bois

m3

2,10

0,32

0,24

énergie totale

MJ

3,64E+04

5,43E+04

4,07E+04

 

Tableau 43 : Comparaison des impacts en crèche

Légende :

        CDV Scénario couches jetables crèche

        CDV Scénario couche Hamac®  : 4 changes / jour

        CDV Scénario crèche Hamac® : 3 changes / jour

 

Figure 34 : Comparaison de l’impact du cycle de vie des couches Hamac® et des couches jetables en crèche


 

Cette comparaison permet de constater que l’impact du cycle de vie des couches jetables est plus important que celui des couches Hamac® en crèche sur une majorité des indicateurs. Les indicateurs qui proposent des scores plus importants pour les couches lavables sont :

  • La consommation d’eau
  • L’énergie totale
  • Ecotoxicité terrestre

 

Cela se justifie par le fait qu’en collectivité on réalise 2 cycles de lavages par jour (consommation d’eau, de lessive et d’électricité) et 2 cycles de séchage au sèche-linge par jour (consommation d’électricité) soit sur l’ensemble du scénario plus de 940 cycles complets (versus 304 cycles en moyenne sur un scénario Hamac® domestique avec un lavage tous les 2 jours).

 

Avec quatre changes par jour, scénario complémentaire étudié par Hamac®, on observe aussi une diminution importante des impacts par rapport aux couches jetables

Ainsi, que les couches Hamac® soient changées 3 ou 4 fois par jour, ces dernières ont un impact environnemental moins conséquent que le fait de changer des couches jetables 3 fois par jour par enfant en crèche.


 

III.5        Analyse de sensibilité pour un usage domestique

Une analyse de sensibilité permet d’analyser un scénario précédemment étudié en faisant varier un paramètre de l’étude à partir d’une hypothèse émise. Le scénario Hamac® microfibre est utilisé en tant que scénario de référence pour toutes les analyses suivantes,  à l’exception de la première ou tous les scenarios sont pris en compte.

-       Analyse de sensibilité : Scenario avec un mix énergétique UTCE (moyenne de la communauté européenne)

 

Figure 35 : Comparaison des différents scénarios des couches lavables et jetables avec le mix énergétique UTCE

Caractérisation

 

Tableau 44 : Comparaison des différents scénarios des couches lavables et jetables avec le mix énergétique UTCE


 

Cette analyse de sensibilité avec un mix européen, montre que le score de caractérisation pour les gaz à effet de serre augmente de façon visible. Cependant, à part deux indicateurs (consommation d’eau et écotoxicité terrestre) tous les scénarios des couches lavables présentent des scores inferieurs aux couches jetables.

Méthodes affichage environnemental

 

 

Figure 36 : Comparaison des différents scénarios des couches lavables et jetables avec le mix énergétique UTCE méthode affichage environnemental

Même conclusion que précédemment mis à part le score de l’eutrophisation qui, cette fois-ci, est supérieur aux couches jetables pour le scénario coton bio.

Méthode ReCiPe

 

 

Figure 37 : Comparaison des différents scénarios des couches lavables et jetables avec le mix énergétique UTCE méthode ReCiPe Endpoint


 

-      Analyse de sensibilité : Scenario avec une machine de classe A+ versus classe A

 

Dans ce scénario, on considère que les utilisateurs des couches Hamac® (100%) possèdent des machines à laver le linge de classe d’efficacité A+ et non pas  des machines de classe A.

Ce type d’équipement consomme entre 45 et 50 litres d’eau par cycle de lavage[53]. Ainsi, une consommation de 47,5 litres a été considérée pour cette analyse de sensibilité. Concernant la consommation d’électricité pour ces lave-linges de classe A+, il a été pris en compte une consommation de 0,069 kWh/ kg pour un lavage à une température de 30°C, de 0,096 kWh /kg à une température de 40°C et de 0,16 kWh /kg à une température de 60°C (voir tableau ci-dessus). Soit une consommation moyenne de 0,090 kWh /kg pour le  lavage de couches et de 0,109 kWh /kg pour le lavage des absorbants lavables Hamac® (en reprenant les chiffres d’usage étudiés dans le chapitre I).

On constate une diminution de l’impact environnemental sur l’ensemble des indicateurs. On observe notamment une diminution au niveau de la consommation d’eau de l’ordre de 9,3 % et une diminution de la consommation d’énergie de 6,2 %.

Indicateur d'impacts

Réduction impact Scénario de référence machine A+ versus scénario de référence machine classique (%)

Abiotic depletion

2,58%

Acidification

2,67%

Eutrophication

8,99%

Global warming (GWP100)

1,98%

Ozone layer depletion (ODP)

1,72%

Human toxicity

3,04%

Fresh water aquatic ecotox.

3,68%

Marine aquatic ecotoxicity

3,75%

Terrestrial ecotoxicity

8,72%

Photochemical oxidation

1,30%

consommation d'eau

9,28%

consommation de bois

0,40%

énergie totale

6,23%

Tableau 45 : Comparaison du scénario Hamac® Microfibre de référence

et ce même scénario avec une machine de classe A+

 


-       Analyse de sensibilité : Utilisation de 60g de lessive plutôt que 81.5g

 

Ce scénario étudie l’impact de la réduction de lessive pour un cycle de lavage des couches Hamac®. Il est rappelé à ce propos que l’usage de la lessive doit être modéré, ainsi il est préconisé de respecter les doses prescrites par les fabricants voire de les diminuer. Contrairement à ce que l’on pourrait penser,  un surplus de lessive peut nuire à l’efficacité du lavage. En effet une des qualités attendue d’une lessive est sa capacité à évacuer totalement ses composants lors du rinçage. Ainsi un usage trop important de lessive peut nuire à l’efficacité du lavage et laisser des résidus dans le linge qui peuvent,  en outre, être source chez certains individus d’allergie et diminuer la capacité d’absorption des textiles.

 

Légende:

                    CDV Analyse de sensibilité : 60 grammes de lessive

                    CDV Scénario de référence (Hamac® microfibre) : 81,5 grammes de lessive

Figure 38 : Comparaison du cycle de vie du scénario de référence avec 81,5 g et 60 g de lessive

On observe une réduction visible des impacts sur tous les indicateurs lorsque que l’on diminue la quantité de lessive. On peut en conclure que la lessive en elle-même possède un impact important sur l’environnement. Réduire la quantité de lessive permet de diminuer de 2 à 10% les impacts environnementaux (en fonction des indicateurs).


 

-       Analyse de sensibilité : Lavage à 40°C pour 100% des utilisateurs

 

 

Légende:

                    CDV Scénario de référence (Scénario Hamac® microfibre)

CDV Analyse de sensibilité : lavage à 40°C des absorbants et des couches pour 100% des utilisateurs

Figure 39: Comparaison scénario de référence avec un lavage à 40°C  pour 100% des utilisateurs

Un lavage à 40°C de tous les éléments Hamac® diminuent légèrement les différents impacts. On observe une réduction de la consommation d’énergie d’environ 5%, une réduction de l’écotoxicité terrestre de 5%. C’est sur l’impact « fresh water aquatic ecotox » que la diminution est la plus importante (environ 8%).

 


 

-       Analyse de sensibilité : Usage des couches lavables avec phase de décrassage

 

La phase de décrassage est une pratique facultative néanmoins pratiquée par quelques utilisateurs. Elle produit des consommations supérieures au scénario classique. Ci-dessous, est comparé le scénario de référence (Hamac® microfibre) avec un scénario prenant en compte le décrassage des absorbants (deux décrassages de 0 à 2 ans ½). Le processus de décrassage consiste à retirer les résidus éventuels de lessive coincés dans les fibres qui  réduisent la capacité d’absorption des absorbants lavables. Le protocole de décrassage se décompose comme suit :

-       Une poignée de cristaux de soude dans la machine

-       Du vinaigre blanc dans le bac à adoucissant

-       Lavage à 60°C

-       Puis un cycle de lavage classique avec lessive

 

Consommations supplémentaires pour les 2 ans ½ d’utilisation (protocole de décrassage):

 

Eau

Electricité

Lessive

Vinaigre blanc

Cristaux de soude

78,6 cl

0.4325 kWh

62.75g

60cl

60g

 

 

Légende:

CDV Scénario de référence (scénario Hamac® microfibre)

CDV Analyse de sensibilité : scénario de référence + 10 décrassages

Figure 40: Comparaison du scénario de référence avec et sans décrassage

On observe qu’avec le décrassage on augmente les impacts d’environnementaux  de 1 à 5% comparé au scénario de référence (scénario Hamac® microfibre sans décrassage). Malgré la prise en compte d’un décrassage, les impacts des couches Hamac® restent les moins importants sur la majorité des indicateurs en comparaison des couches jetables étudiées.


 

-       Analyse de sensibilité : Utilisation du système Hamac pour 2 enfants [2 ans ½  x 2]

 

Ce scénario compare  l’impact des couches lavables Hamac® (scénario Hamac® microfibre) dans l’hypothèse d’être réutilisé  sur un deuxième enfant, ce qui correspond  à un usage de couches jetables de cinq années.

 

Légende:

CDV Analyse de sensibilité : usage des produits Hamac® pendant 5 années (donc sur un 2ème enfant)

                    CDV Scénario couches jetables sur 5 années

                      CDV  Scénario Hamac® microfibre pendant 5 années avec rachat des différents constituants

Figure 41:Comparaison des couches lavables et jetables sur cinq années (utilisation pour un deuxième enfant)

La réutilisation d’un même équipement*  de couches lavables sur un deuxième enfant (versus les couches jetables) diminue peu les impacts de chaque indicateur en comparaison du renouvellement d’un deuxième équipement. La diminution n’est pas marquante, en effet on observe moins de 5% de baisse.

Les  impacts des couches jetables, quant à eux, sont multiples de 2,5 années par enfant soit le double d’impacts dans le cas présent sur deux enfants (5 années).

 

*Les produits Hamac® conçus pour un usage domestique ont été testés avec un protocole d’entretien intensif (60°C et sèche-linge, au lieu de 40°C et sèche-linge interdit).  Les produits Hamac® ont subi plus de 400 cycles lavage/séchage et sont toujours fonctionnels et en bon état (un prélèvement régulier des produits est effectué afin de contrôler leur tenue).


 

Hamac® garantit un minimum de 400 lavages dans des conditions soutenues soit plus de 5 années en usage domestique avec l’équipement conseillé (14 culottes, une vingtaine d’inserts absorbants lavables et des voiles de protection).


 

-       Analyse de sensibilité : avec une nouvelle lessive décrite dans l’étude Saouter

 

L’étude Saouter a été réalisée en 2001[54]. Ci-dessous est indiquée la composition de la lessive décrite dans l’étude citée. Cette analyse de sensibilité permet de comparer différentes lessives et leurs impacts sur l’analyse de cycle de vie.

Composant

Sous composant

pourcentage

 

AE11-PO  Ethoxylated alcohols (AE11), palm oil

2%

 

AE7-pc  Ethoxylated alcohols (AE7), petrochemical

4%

         Produit de lessive

LAS-pc  Alkylbenzene sulfonate, linear, petrochemical

7,8%

 

Na-Silicate powder

3%

 

Zeolite

20,1%

 

Sodium carbonate

17%

 

Perborate mono hydrate

8,7%

 

Perborate tetra hydrate

11,7%

Tableau 46 : Composition de la lessive présentée dans l’étude Saouter

 

       CDV scénario de référence avec la lessive de l’étude Saouter (versus la lessive prise en compte dans cette étude : Ariel)

                    CDV scénario de référence (scénario Hamac® microfibre)  avec lessive Ariel

CDV couches jetables

Figure 42:Comparaison des lessives


 

L’utilisation de la lessive décrite dans l’étude Saouter génère des impacts un peu plus importants sur tous les indicateurs mais pas de manière significative par rapport à l’usage de la lessive Ariel utilisée dans l’analyse de cycle de vie des couches Hamac® Domestique.

Hamac® n’a pas d’autres données de fabricant, concernant la composition des lessives

-       Analyse de sensibilité avec une machine non pleine

 

L’hypothèse faite ici, suppose que les couches sont lavées seules sans autres vêtement, dans une machine non remplie totalement. Dans cette configuration la consommation électrique et d’eau est totalement assignée aux couches.

La machine est remplie d’1 kg seulement, et exclusivement de couches. Cette hypothèse est la plus défavorable.

 

 

                     CDV machine non pleine (1 kg de couches)

                    CDV couche jetable

CDV scénario de référence (scénario Hamac® microfibre)

Figure 43: Scénario avec machine non pleine

Pour 11 indicateurs sur 13, les couches Hamac® restent les moins impactantes. Les deux indicateurs restants, la consommation d’eau et  l’écotoxicité terrestre,  sont plus importants par rapport aux couches jetables. Cependant, il est important de mentionner que les parents lavent en général les couches avec le reste du linge de l’enfant (body, pyjama, …).


 

-       Analyse de sensibilité optimisée

Dans ce scénario sont cumulées les différentes recommandations qui pourraient être proposées aux consommateurs afin de réduire les impacts environnementaux des couches lavables (diminution de la quantité de lessive, 40°C pour la température de lavage, machine à laver de classe A+, réutilisation sur un deuxième enfant). La réutilisation sur un deuxième enfant oblige à comparer les différents scénarios optimisés avec le scénario microfibre sur 5 années.

 

Légende:

CDV Analyse de sensibilité : réutilisation sur un deuxième enfant avec l’équipement initial et les consommables nécessaires sur cette période en optimisant le scénario

CDV Analyse de sensibilité : scénario Hamac® microfibre sur 5 années en doublant l’équipement nécessaire en optimisant le scénario

CDV analyse de sensibilité : scénario couches jetables sur 5 années

Figure 44:Comparaison du scénario de référence  (scénario Hamac® microfibre) optimisé (plusieurs hypothèses) avec les couches jetables

 

La figure ci-dessus confirme l’intérêt  des couches lavables Hamac® pour diminuer significativement (entre 30 à 90%) ses impacts environnementaux par rapport à l’usage de couches jetables étudiées. Ce scénario optimisé montre qu’en suivant les recommandations de Hamac® sur l’usage, on peut diminuer d’autant plus les impacts environnementaux.

-       Analyse de sensibilité  avec les méthodologies prescrites par l’affichage environnemental

Le produit répond aux critères de l’affichage environnemental mis en place par l’ADEME et l’AFNOR. Des méthodologies ont été adoptées au sein de ces organisations.

Indicateur

Méthode

Commentaire

Effet de serre

IPCC 2007 (PRG à 100 ans)

Si les méthodes sont actualisées, la dernière version de la méthode sera retenue.

Epuisement des ressources naturelles non renouvelables

EDIP 97 avec mises à jour 2004 (Hauschild and Wenzel, 1998a-update 2004)

Eutrophisation des eaux

EUTREND model (Struijs et al, 2009b) implémentée dans ReCiPe

Pollution photochimique

LOTOS-EUROS (Van Zelm et al., 2008) appliquée dans ReCiPe

Acidification

ReCiPe

Le choix de cette méthode de caractérisation sera rediscuté lorsque la recommandation de l’ILCD Handbook d’utiliser « Accumulated Exceedance (Seppälä et al, 2006, Posch et al ., 2008) » sera définitive et que ce dernier aura fourni les facteurs de caractérisation pour cette méthode.

Ecotoxicité aquatique

USEtox model (Rosenbaum et al, 2008)

La pertinence de cette méthode sera réévaluée dans un an à la lumière des facteurs de caractérisation qui seront disponibles.

La mesure de l’écotoxicité étant particulièrement sensible au périmètre de l’étude et à la qualité des données, une attention particulière des groupes sectoriels doit être portée sur ces deux points

Biodiversité

/

Méthode à définir

Artificialisation des sols

/

Méthode à définir

Tableau 47: Méthodes de caractérisations pour les indicateurs d’impacts

 


 

 

Figure 45:Caractérisation avec les  méthodes proposées par l’affichage environnemental

Légende:

CDV scénario Hamac® coton bio                          CDV scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio

CDV scénario Hamac® microfibre                        CDV scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre

                     CDV scénario couche jetable

Valeurs de caractérisations

 

Tableau 48 : Caractérisation avec les  méthodes proposées par l’affichage environnemental

Le calcul des impacts avec les méthodologies préconisées au sein des organisations ADEME et AFNOR montre que les produits Hamac® sont globalement de moindre impacts sur la majorité des indicateurs excepté sur l’eutrophisation fresh water et l’écotoxicité aquatique pour deux scénarios.

En optant pour d’autres méthodologies de calculs (méthodologie reprise de l’ACV anglaise pour comparer les produits et méthodologie adoptés par les organisations ADEME et AFNOR dans cette analyse de sensibilité), on constate peu de disparités entre les  chiffres, ce qui permet de dire que les résultats obtenus sont fiables. Cette analyse de sensibilité prend en compte les variabilités internes aux méthodologies.


 

-       Analyse de sensibilité avec la méthode ReCiPe endpoint E/E

 

A titre informatif une présentation des résultats sous l’angle dommage est proposée ci-dessous.

 

Légende:

CDV scénario Hamac® coton bio                          CDV scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio

CDV scénario Hamac® microfibre                        CDV scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre

                     CDV scénario couche jetable

Figure 46:Evaluation des impacts sous l’angle dommage

Sous l’angle dommage proposé par la méthode ReCiPe, les couches jetables sont dans tous les cas plus impactantes que les couches lavables.


-       Analyse de sensibilité  avec le nombre de change/jour : Comparaison du scénario Hamac® microfibre  et des couches jetables  (avec 4,16 changes et 5,15 changes).

 

Le nombre de changes peut influencer les résultats. Le scénario Hamac® microfibre (5,15 changes par jour dans cette étude) est comparé ici au scénario jetable de  4,16 changes* par jour et celui de 5,15 changes par jour (versus 5 changes par jour dans cette étude) .

* L’ACV anglaise faite en 2004 et corrigée en 2008 donnait ce chiffre de 4,16 changes jetables  par jour. La source dont a été extrait ce chiffre est discutable, ce qui  a été mentionné dans le premier chapitre de notre étude.

 

 

 

Figure 47: Comparaison scénario Hamac® microfibre et couche jetable avec 4,16 changes et 5,15 changes

Légende :

             Scénario couches jetables avec 4,16 changes

            Scénario couches jetables avec  5,15 changes

            Scénario couches lavables 5,15 changes (scénario Hamac® microfibre)

On constate une forte sensibilité du paramètre « nombre de change par jour » des couches jetables sur leurs impacts environnementaux. L’objectivité de ce paramètre devra dans toute étude être démontrée avec robustesse.

Néanmoins, on observe sur cette figure qu’en diminuant le nombre de changes par jour pour les couches jetables de 5 (chiffre utilisée dans cette étude) à 4,16 changes (chiffre utilisée dans l’ACV Anglaise) versus les couches lavables Hamac® (5,15 changes par jour) , les couches lavables Hamac® restent toujours moins impactantes sur tous les indicateurs.


-     Analyse de sensibilité : Prise en compte des émissions évitées lors de l’incinération  des couches  jetables

 

 Ce sont les émissions de GES non émises par une tierce entité grâce à des opérations de valorisation matière ou énergétique. Dans notre cas il s’agit de valorisation énergétique, soit électrique soit thermique.

Les émissions évitées correspondent aux émissions qui auraient été générées en l’absence de valorisation matière ou énergétique des déchets. Le principe est le suivant : en utilisant des matières premières secondaires et de l’énergie produite à partir des déchets, on évite la consommation de matières premières vierges et d’énergie produite à partir de moyens de production classiques tels que centrales nucléaire, hydraulique, à charbon ou au gaz.

Or la production et l’utilisation de matières premières secondaires et d’énergie issue des déchets (=filières de valorisation) génèrent généralement moins d’émissions que la production et l’utilisation des matières premières vierges et énergies fossiles auxquelles elles se substituent (= filières substituées). L’écart entre les émissions générées par les deux filières correspond aux émissions évitées.

Emissions évitées = Emissions générées par la filière de valorisation – Emissions générées par la filière substituée

En France sur 114 centres d’incinération[55], seule 15 ne disposent pas d’installations de valorisation énergétique. On peut considérer que la totalité des OMR sont traitées avec valorisation, puisque cela représente 97% du total.

Hypothèses de travail :

Le calcul des émissions évitées s’appuie sur le rendement des incinérateurs en termes de conversions du PCI des matériaux en chaleur et électricité.

 les PCI des matériaux des couches jetables sont pris en compte.

A été volontairement ignoré l’impact de l’eau contenue dans les couches (selles et urines), en effet le fait de transformer cette eau en vapeur d’eau demande de l’énergie et diminuerait le PCI moyen des couches. La modélisation de cet impact étant relativement complexe, le choix de se placer dans la situation la plus défavorable a été favorisée.

Les emballages ne sont pas pris en compte.

Les émissions évitées ont été calculées seulement pour les émissions de CO2.

Pourcentage de chaleur produite et d’électricité par tonne de déchets ménagers.

En France, la valorisation énergétique des IUOM a permis de produire [56] 11246 GWh pour 14.1Mt de déchets incinérés.

-       3657 GWh d’électricité soit  32% de l’énergie produite

-       7589 GWh de thermique soit 68% de l’énergie produite

 

 Rendement des centres d’incinération pour la production de chaleur et d’électricité.

Il est difficile d’obtenir un chiffre précis des rendements des incinérateurs en France. Le tableau ci-dessous donne quelques informations, mais les chiffres actuels sont peu accessibles.

Notre hypothèse s’appuie en première approche sur un rendement de conversion en énergie électrique de 18%, ce chiffre semble faire l’unanimité à travers différentes sources[57].[58]

Le PCI moyen des ordures ménagères en France est de 2.5 MWh/t soit 2.5 kWh/kg

 

 

Tableau 49: Rendement des centres d'incinération pour la production de chaleur et d'électricité

 

Les modélisation des productions d’énergies électrique et thermique sont les suivantes :

Production d’énergie électrique

Quantité de déchets1* rendement1* 0.0025 GWh/t= 3657 GWh

Quantité de déchets2* rendement2* 0.0025 GWh/t= 7589 GWh

Pour la production d’électricité :

Quantité de déchets incinérés1*0.18*0.0025=3657

Quantité de déchets incinérés= 8 ,12M t

Quantité de déchets restants pour la production de chaleur

14.1Mt-8.12Mt=5.98Mt

Rendement du système de production de chaleur

5.98*rendement2*0.0025=7589

Rendement2=0.50

Le rendement de 50% semble tout à fait plausible, et repose sur les productions de chaleur et d’électricité des incinérateurs français. On peut noter une différence avec les moyennes européenne, notamment pour la production de chaleur, mais la France comble petit à petit son retard en terme de renouvellement de ses infrastructures ce qui explique cette différence.

Donc pour obtenir 3657 GWh d’énergie électrique il a fallu incinérer 8.12Mt de déchets et pour obtenir 7589 GWh d’énergie thermique 5.98Mt, soit respectivement 57.58% et 42.41% des déchets.

 

Afin de calculer les émissions évitées, les PCI des matériaux sont nécessaires.

 

matériaux des
 couches jetables

masse
unitaire

masse
 ramenée à l'UF en kg

PCI (MJ/kg)

MJ

kwh

polypropylène

6,41

29,24

44

1286,67

357,41

Polyéthylène

2,32

10,58

46

486,86

135,24

cellulose

13,16

60,04

16

960,57

266,83

PET

0,42

1,92

45

86,22

23,95

Polyester

0,42

1,92

46

88,14

24,48

viscose

1,85

8,44

16

135,04

37,51

SAP

12,51

57,07

8

456,56

126,82

 

 

 

 

 

 

potentiel énergétique

 

 

 

 

972,24

 

                              Tableau 50: PCI des matériaux utilisés pour la fabrication des couches jetables

 

Le potentiel énergétique des couches jetables est équivalent à 972 kWh. 57.58%( soit 559KWh) de ce potentiel permettra de produire de l’électricité, et 42.41% ( soit 412KWh) de la chaleur.

 

Pour la production électrique le potentiel de 559 kWh permet de produire avec un rendement de 18% la valeur de 100,62KWh.

 

Pour la production de chaleur, le potentiel de 412 kWh permet de produire avec un rendement de 50% la valeur de 206 KWh.

 

Concernant les émissions évitées par la valorisation électrique, le mix électrique français moyen a été utilisé (23 g eq C/kWh, soit 84 g de CO2eq/kWh). Pour la chaleur, le mix thermique moyen Européen a été pris en compte (76 g éqC/kWh, soit 279g eq CO2/kWh)[59].Les données plus précises sur le mix thermique français seraient plus pertinentes mais peu accessibles.

 

Les gains seraient donc les suivants :

100 * 0.084=8.4kg eq CO2

206* 0.279= 57,4kg eq CO2

 

Soit un gain total de 65,8kg eq CO2 ; cette valeur est valable pour l’incinération de 100% des couches jetables. Dans l’étude proposée 62.54% des couches sont incinérées, donc le gain total est  ramené à 41 Kg eq CO2

 

Soit des émissions de 840.66-41= 799 kg eq CO2

 

 

Conclusion :

 

L’incinération avec valorisation énergétiques des couches jetables ne bouleverse pas considérablement les résultats sur les émissions de CO2 des différents scénarii étudiés. On peut supposer que pour l’indicateur disparition des ressources naturelles les conclusions soient identiques.

-     Pour les autres indicateurs la modélisation est plus complexe, et nous ne pouvons pas avancer de commentaires compte tenu de la méthodologie utilisée.

III.6  Analyse de sensibilité pour un usage en crèche

Le scénario Hamac® en crèche : 3 changes/jour est utilisé en tant que scénario de référence pour toutes les analyses suivantes.

-       Analyse de sensibilité : Usage en crèche avec suppression du sèche-linge

 

 

Légende:

CDV Analyse de sensibilité : scénario de référence sans sèche-linge

CDV scénario de référence Hamac® (3 changes / jour)

Figure 48: Comparaison avec et sans sèche-linge en crèche

La suppression du sèche-linge en crèche permettrait de réduire de manière importante les différents impacts environnementaux (excepté sur la consommation d’eau qui n’est pas affectée par ce paramètre).

En effet, le sèche-linge est une des étapes les plus énergivores. La suppression de ce dernier permettrait de réduire de manière importante la consommation d’énergie.

En outre, même en comptant l’usage du sèche-linge en crèche, les impacts environnementaux restent en général moins importants par rapport aux couches jetables.

 


 

-     Analyse de sensibilité : Usage en crèche avec une durée de vie des couches Hamac® de 1 année à la place  de 2 années

 

Hamac® a souhaité compléter ses résultats en réalisant une seconde analyse de sensibilité. En effet, l’impact des couches Hamac® en crèche a été étudié en prenant en compte un renouvellement complet des couches Hamac® au bout d’une année (à la place de 2 ans initialement) : on double donc la quantité de couches nécessaires pour chaque enfant en crèche. On utilise donc six couches Hamac® au lieu de trois pour le scénario crèche Hamac® (et huit couches Hamac® au lieu de quatre dans le scénario quatre changes/jour). On le nommera par la suite Scénario trois changes / jour (avec renouvellement).

 

Légende:

        CDV Analyse de sensibilité : scénario 3 changes / jour [sur 1 an] avec renouvellement

        CDV scénario de référence Hamac® (3 changes / jour) [sur 2 ans]

        CDV couche jetable en crèche (3 changes/ jour) [sur 2 ans]

Figure 49: Comparaison des scénarios avec une durée de vie de 1 an pour les couches Hamac®

On peut observer dans ce schéma une légère augmentation des différents impacts environnementaux. Excepté l’indicateur écotoxicité terrestre, les impacts environnementaux de l’analyse de sensibilité, avec renouvellement de l’équipement de la crèche au bout d’un an, restent majoritairement inférieurs aux scénarios couches jetables étudiées.

 


Il reste donc plus avantageux d’un point de vue écologique de remplacer l’ensemble des couches Hamac® de la crèche au bout d’un an (en crèche, le temps d’utilisation des couches pour un enfant étant de 2 ans) plutôt que d’utiliser des couches jetables sur 2 ans.


 III.7   Calcul d’incertitude

 

Un calcul d’incertitude a été réalisé par la méthode Monte carlo. Ce calcul s’effectue sur les données  contenant des informations quant aux incertitudes. Ces données d’incertitudes sont rassemblées par Ecoinvent avec une distribution lognormal.

  41.3% des données ont été traitées, et 10 000 itérations réalisées. Seul le scénario Hamac® microfibre est traité.

Conso de bois

 

 

Photochimical oxidation

 

 

Marine Aquatic Ecotox

 

 

Human Toxicity

 

 

Global warming

 

 

Conso de bois

 

 

Photochimical oxidation

 

 

Marine aquatic ecotox

 

 

Human toxicity

 

 

Global warming

 

 

Global warming

 

 

Conso de bois

 

 

Photochimical oxidation

 

 

Marine aquatic ecotox

 

 

Human toxicity

 

 

Global warming

 

Légende :

 

CDV Scénario Hamac® microfibre

Figure 50: Calcul d’incertitude avec la méthode Monte Carlo

Une variabilité importante est observée pour les indicateurs fresh water aquatic et marine aquatic ecotox.

A propos des deux indicateurs retenus par l’affichage environnemental, les variabilités sont assez faibles. En effet moins de 5% pour le réchauffement climatique et 10% pour la disparition des ressources naturelles. Néanmoins, les résultats quant à cette analyse d’incertitude restent sujets à caution puisque 41,3% des données ont pu être traitées.


III.8 Limite de l’étude

Les données des couches jetables sont des données datant de 2002-2003. Ces données sont les seules disponibles sur le marché.

Une étude de sensibilité avec le mix européen UTCE a été présentée, néanmoins les résultats de cette étude ne sont valables que sur le territoire français. Les usages et les résultats ne peuvent donc pas nécessairement s’étendre à ceux d’autres pays européens comme l’Italie ou l’Allemagne car le mix énergétique, par exemple, est différent.

Comme il a été indiqué dans le rapport, deux données primaires sont sensibles : l’énergie utilisée pour fabriquer les absorbants jetables Hamac® et l’énergie utilisée pour fabriquer les voiles de protection Hamac®. Une attention toute particulière a été attachée à la récupération de ces données, car celles des fabricants n’étaient pas totalement vérifiables. Pour l’absorbant jetable Hamac®, les données ont été récoltées suivant une ACV élaborée en utilisant les indications contenues dans les standards UNI EN ISO 14040:2006 et UNI EN ISO 14044:2006.

Une forte variabilité existe sur quelques indicateurs. Il s’agit notamment de l’indicateur « fresh water aquatic ecotoxicity», et de l’indicateur « marine aquatic ecotox ». Des méthodologies plus avancées existent désormais comme USEtox ou ReCiPe pour chacun de ces indicateurs :

-       USEtox : fresh water

-       ReCIPe : marine aquatic ecotox

Dans cette étude, la méthode CML a été utilisée afin de pouvoir comparer les couches jetables et les couches lavables (même méthodologie de calcul). Cependant, une analyse de sensibilité a été réalisée afin de contrôler la véracité des résultats sur les indicateurs cités en utilisant les méthodologies associées.

La modélisation de la culture de coton biologique est difficile à réaliser car la donnée n’existe pas en tant que telle. L’adaptation du coton conventionnel en enlevant les pesticides (sans changer le rendement), inclut  un manque de précision. Il serait souhaitable de disposer de données plus fiables pour cet élément lors d’une révision.

Les émissions de méthane liées a l’enfouissement des selles et urines non pas été modélisées pour des raisons de simplification, néanmoins compte tenu de la forte présence d’eau dans  celle ci ( 97%) les résultats ne devraient pas être très différents.

Enfin les bénéfices liés à la fin de vie ne sont pas inclus: bénéfices du recyclage du carton notamment ou bénéfices liés à la valorisation énergétique lors de l'incinération. Néanmoins une étude de sensibilité présente les gains éventuels obtenus par une valorisation énergétique de l’incinération des déchets. Cette étude a été réalisée seulement pour les couches jetables et sur un seul indicateur : les émissions de CO2. Contrairement au reste de l’étude les données écoinvent ne sont pas utilisées, mais celles issues de la méthode Bilan Carbone de l’Ademe qui semblent plus précises. La modélisation des émissions évitées ne s’applique donc qu’à un seul indicateur, cependant il serait souhaitable dans un prolongement de l’étude de définir les résultats sur d’autres indicateurs.

 

Concernant les pratiques des consommateurs, celles-ci sont tirées d’une Enquête d’usage Hamac® sur 161 répondants entre 2010 et 2011 en France. Une moyenne des pratiques a été prise en compte afin de réaliser cette ACV. Cependant, il peut exister une variabilité sur les différents scénarios d’utilisation.


III.9 Interprétation des résultats et conclusions 

 

La société Génération Plume, dont l’objectif premier, indiqué en introduction, est la réduction des déchets par l’innovation de produits d’usage courant, est, avec ce travail d’analyse du cycle de vie de ses produits, en droite ligne avec ses valeurs et ses travaux de recherche menés sur les impacts environnementaux.

 

Rappel des deux objectifs de cette étude :

-       Comparer la performance environnementale des différents usages des couches Hamac® avec celui des couches jetables

-       Parmi les différents usages des couches Hamac®, déterminer celui de moindre impact afin de le recommander aux utilisateurs

Génération Plume a fondé son ACV sur les dix indicateurs d’impacts sélectionnés dans la seule étude d’analyse de cycle de vie réalisée sur les couches pour bébé suivant la norme ISO 14040. Génération Plume a complété son étude par des calculs comparatifs d’indicateurs de flux majeurs : consommation d’eau, d’énergie et de bois. Le choix de la matière absorbante a été un élément déterminant sur le résultat des études de flux.

Il est ainsi possible de déterminer quelle solution de couches pour bébé est de moindre impact sur l’environnement. Ces deux objectifs ont été étudiés pour un usage domestique et un usage en crèche.

 

Dans le contexte d’un usage domestique :

 

Rappel de l’unité fonctionnelle :

« Changer les couches d’un enfant durant ses 2,5 premières années, pendant la période 2010-2011, en France».

Cinq scénarios différents ont été étudiés selon treize indicateurs:

 

Rappel des cinq scénarios d’usage des couches pour bébé de 0 à 2 ans 1/2 :

-       Scénario couche jetable, en violet sur le tableau.

Scénario Hamac® microfibre : Couche Hamac® et absorbants lavables en microfibre, en bleu sur le tableau.

Scénario Hamac® coton bio : Couche Hamac® et absorbants lavables en coton bio, en jaune sur le tableau.

Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre : Couche Hamac® et ¾ absorbants lavables microfibre + ¼ absorbants jetables, en rouge sur le tableau.

Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio : Couche Hamac® et ¾ absorbants lavables coton bio + ¼ absorbants jetables, en vert sur le tableau.

 


Les treize indicateurs d’impacts et de flux :

- Epuisement des ressources non renouvelables

- Acidification

- Eutrophisation

- Réchauffement climatique

- Epuisement de la couche d’ozone

- Toxicité Humaine

- Ecotoxicité aquatique (eau douce)

- Ecotoxicité aquatique (eau marine)

- Ecotoxicité terrestre

- Oxydation Photochimique

- Consommation d’eau (flux)

- Consommation de bois (flux)

- Consommation d’énergie totale (flux)

 

Résultats : Comparaison des différents usages des couches Hamac® avec l’usage des couches jetables pour un bébé de 0 à 2  ans1/2selon le flux de référence.

 

 

Légende:

              CDV Scénario Hamac® coton bio                             CDV Scénario Hamac® ¼ ¾ coton bio 

CDV Scénario Hamac® microfibre                          CDV Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre 

CDV Scénario couche jetable (5 changes/jour)

Figure 51: Comparaison (sur une base de 100% pour le scénario le plus impactant) des différents usages des couches Hamac® avec l’usage des couches jetables pour un bébé de 0 à 2 ans 1/2 selon le flux de référence

On constate d’après les résultats ci-dessus que l’usage des couches Hamac® est en général moins impactant que l’usage des couches jetables. Les deux scénarios Hamac® : scénario Hamac® microfibre et Scénario Hamac® ¼ ¾ microfibre  constituent les scénarios d’usage de moindre impact et ce quel que soit les critères d’impacts et de flux étudiés. Dans les deux autres scénarios où les couches Hamac® sont utilisés avec des absorbants en coton-bio et chanvre, on constate une diminution globale des impacts (de 28% à 95%) par rapport aux couches jetables exceptés sur l’indicateur d’impact « Ecotoxicité terrestre » et sur le « flux d’eau » (augmentation de 40% et 30%).

C’est d’abord la phase d’utilisation des inserts absorbants puis celle de leur fabrication qui ont le plus influencé l’écart des résultats.

Il est constaté que la différence d’usage entre les scénarios utilisant du coton-bio/chanvre et ceux utilisant de la microfibre est due en particulier au temps de séchage des matières, à leur poids lors de leur entretien et à leur procédé de fabrication. Afin de garder un même taux d’équipement en couches pour comparer l’usage des absorbants en microfibre par rapport à l’usage des absorbants en coton bio et chanvre, ces derniers doivent être séchés au sèche-linge. Ce qui explique en partie la différence observée sur les indicateurs liés à la consommation d’électricité. Concernant tout particulièrement le flux d’eau, la forte consommation d’eau du coton-bio/chanvre est liée à l’exploitation des cultures du coton et du chanvre et à la prise en compte de son poids lors des cycles de lavage.

Pour détailler davantage ces résultats, l’étude montre que :

Le Scénario Hamac® Microfibre  est le scénario de moindre impact sur l’ensemble des usages des couches Hamac® et des couches jetables pour bébé (réduction de 60 à 95% sur tous les indicateurs d’impacts et de flux).Comme la matière microfibre est peu impactante dans cet usage, le voile de protection devient le facteur majeur d’impacts dans ce scénario.

-     Dans le cadre du Scénario Hamac® ¼ ¾  Microfibre, l’utilisation du voile et des absorbants jetables Hamac® constituent le facteur majeur sur les impacts environnementaux et de flux. En effet, ce scénario est plus impactant que celui en 100% lavable microfibre mais reste néanmoins un scénario de faibles impacts (réduction de 60% à 90% sur tous les indicateurs par rapport aux couches jetables).

-     Les scénarios en coton-bio/chanvre, sont les scénarios les plus impactants sur l’ensemble des scénarios Hamac® mais restent cependant moins impactants que l’usage des couches jetables suivant 11 indicateurs sur 13 (réduction de 30 à 92% des impacts).

Les analyses de sensibilité ont permis de compléter cette conclusion en jouant sur quelques hypothèses relatives aux habitudes d’usages tels que la quantité de lessive, la température de lavage, l’option de décrassage des fibres,  en utilisant  le mix énergétique européen ou encore en changeant de méthodologie de calculs. On modifie les impacts des couches lavables : dans tous les cas étudiés, l’usage des couches Hamac® avec des absorbants en microfibre reste toujours le scénario de moindre impact.


 

-       Le scénario des couches Hamac® microfibre reste toujours le scénario de moindre impact même en le comparant à un scénario de couches jetables dans lequel on utiliserait un change de moins chaque jour (cf. Analyse de sensibilité : nombre de changes/jour).

-       Ces résultats sont d’autant meilleurs en faveur des couches Hamac® dès lors que l’on calcule les impacts des couches sur un 2e enfant.

Ces analyses de sensibilité confirment que le scenario de moindre impact est bien celui des couches Hamac® avec absorbant en microfibre. Elles montrent aussi qu’en suivant simplement les principales recommandations d’usage données par la marque Hamac® -- par exemple, suivre les conditions d’entretien et utiliser les couches pour un deuxième enfant – l’utilisateur diminuera d’autant plus ses impacts.

Toutefois il est à noter que la marque Hamac® ne cherche pas à donner des conseils d’usage qui  optimiseraient les impacts environnementaux au détriment de la praticité. Elle préconise l’usage du voile, pour retirer facilement les selles avant de nettoyer la couche et prend en compte l’usage occasionnel d’absorbants jetables. Or, pour rappel, ces deux paramètres augmentent les impacts. Hamac® recommande donc à ses utilisateurs un usage des couches Hamac® avec des absorbants en microfibre et des voiles de protection car la société cherche à allier les moindres impacts à la praticité.


 

En comparant l’usage d’Hamac® avec des absorbants en microfibre et l’usage des couches jetables, on obtient les résultats suivant[60] :

 

Légende:

CDV Scénario Hamac® microfibre

              CDV Scénario Hamac® microfibre ¼ ¾  

              CDV Scénario couche jetable 

Figure 52: Comparaison de l'impact du cycle de vie des couches Hamac scénario microfibre, scénario microfibre 1/4 3/4 et des couches jetables


 

En usage domestique en France, les couches Hamac® avec absorbants en microfibre constituent le scénario de moindre impact dans tous les différents modes d’usage proposés par la marque et en comparaison avec les couches jetables étudiées sur tous les indicateurs d’impacts et de flux.

L’usage de la couche Hamac® en microfibre ne crée pas de transferts d’impacts mais provoque une diminution des impacts environnementaux sur tous les indicateurs.

En comparant les modes d’usage des couches Hamac® avec les couches jetables*,  il s’avère que les couches Hamac® avec des absorbants en microfibre constituent la solution de moindre impact pour changer un enfant de 0 à 2 ans ½ en France.

L’usage en France des couches Hamac® avec des absorbants en microfibre par rapport aux couches jetables étudiées permet de réduire la consommation d’eau par 2, l’électricité par 5 et la consommation de bois par 10. Enfin, l’usage des couches Hamac® diminue de plus de 10 fois les rejets de CO2 dans l’atmosphère et de 10 fois l’épuisement des ressources non  renouvelables.

*Données issues de l’ACV anglaise :« Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK” Environmental Agency 2005


Dans le contexte d’un usage en crèche :

 

Rappel de l’unité fonctionnelle :

« Changer les couches de 15 enfants en crèche, durant 2 ans, pendant la période 2010-2011, en France».

 

Trois scénarios ont été étudiés pour un usage en collectivité :

-       Scénario couche jetable : 3 changes / jour

-       Scénario crèche Hamac® (microfibre) : 3 changes / jour

-       Scénario quatre changes en Hamac® (microfibre) / jour (hypothèse supplémentaire)

 

Rappel : La couche Hamac® est exclusivement utilisée en crèche avec des absorbants en microfibre, ce qui explique pourquoi seul ce cas a été étudié.

 

Résultats : Comparaison de l’usage des couches Hamac® avec l’usage des couches jetables sur 15 enfants en crèche sur une période de 2 ans.

 

 

Légende:

              CDV Scénario crèche Hamac®: 3 changes / jour

                             CDV Scénario jetable en crèche: 3 changes/jour

Figure 53: Comparaison de l'impact du cycle de vie des couches Hamac® et des couches jetables en crèche

On constate que l’usage des couches Hamac®, en crèche et en France est de moindre impact comparé à l’usage des couches jetables étudiées : sur 10 indicateurs sur 13, Hamac® réduit de manière importante les impacts environnementaux. Par exemple, Hamac®, dans une crèche de 15 enfants, réduit de près de 80% les rejets de CO2 sur l’ensemble du cycle de vie. Sur les 3 derniers indicateurs (2 flux et l’écotoxicité terrestre), la tendance s’inverse par rapport aux autres critères dus principalement à l’usage du sèche-linge. Il est à noter que les flux ne constituent pas un impact sur l’environnement mais uniquement un flux de consommation. Les impacts du traitement de l’eau et de la fabrication de l’électricité ont bien été pris en compte dans les 10 indicateurs d’impacts.

Sur l’ensemble du cycle de vie de la fabrication jusqu’à la fin de vie, c’est la phase d’entretien qui est la plus impactante : 2 lavages par jour soit 940 cycles de lavage et 940 cycles de séchage au sèche-linge[61] pratiqués en crèche avec Hamac® pour 15 enfants, en France. Or, malgré cet entretien intensif en collectivité, les couches Hamac® obtiennent de très bons résultats sur la majorité des indicateurs: réduction de près de 85% pour l’épuisement des ressources,

une réduction de près de 80% du rejet de CO2, et sont seulement de 15% supérieur en flux d’eau et d’électricité en comparaison avec la fabrication des couches jetables étudiées.

 

Les analyses de sensibilité ont permis de compléter cette conclusion. Les hypothèses de quatre changes par jour (versus trois) en crèche, ou le fait d’augmenter l’équipement en couches (hypothèse d‘une durée de vie des produits de 1 an au lieu de 2), fait augmenter légèrement les impacts, mais ils restent néanmoins inférieurs à ceux des couches jetables étudiées.

 

En France, Hamac® en crèche (3 changes/jour) est le scénario de moindre impact par rapport aux couches jetables (3 changes/jour). En effet, les résultats démontrent que 10 critères d’impacts sur 13 sont réduits grâce à l’utilisation des couches Hamac® : ces diminutions d’impacts vont de - 40% pour la toxicité humaine, à - 90% pour l’écotoxicité aquatique. L’entretien intensif en collectivité (près de 1000 cycles de lavage/séchage pris en compte) ne fait dépasser que de 15% en volume les deux flux eau et électricité par rapport à  la fabrication des couches jetables étudiées.

En France, Hamac® est une solution recommandée en collectivité pour diminuer ses impacts environnementaux. En crèche elle permet de diminuer de près de 80 % les émissions de CO2 et de près de 85% l’épuisement des ressources par rapport aux couches jetables étudiées.

 

 

La conclusion générale :

 


Globalement, que l’on change son enfant à la maison ou à la crèche, en France, l’usage des couches Hamac® avec leurs absorbants en microfibre et leurs voiles de protection constitue une solution permettant de réduire, de manière importante, ses impacts environnementaux en comparaison avec l’usage des couches jetables étudiées.

 


Pour aller plus loin :

 

Le scénario couche Hamac® utilisant 100% d’inserts jetables n’a pas été considéré dans cette étude. Une analyse de sensibilité sur ce scénario supplémentaire permettrait de compléter l’étude pour faire le tour complet de l’exercice et calculer toutes les possibilités de l’usage Hamac®. Néanmoins cette analyse resterait un exercice d’expertise car aucun usage Hamac® n’est fait dans ce cas de figure ni n’est préconisé par la marque Hamac® pour deux raisons : l’utilisateur ne fait pas d’économies par rapport aux couches jetables et devra renouveler son achat d’inserts jetables en permanence.

Lorsque des données plus complètes sur le coton biologique seront disponibles, il serait intéressant de modéliser les scénarios concernés et comparer l’impact du coton bio par rapport au coton non bio.

Si des tiers sont susceptibles de compléter (grâce à des données primaires ou secondaires) les données de cette étude, Hamac® est disposé à intégrer ces nouvelles informations afin d’améliorer le calcul des impacts environnementaux des produits étudiés et parfaire cette ACV.


Bibliographie

- Application de la méthode bilan carbone® aux activités de gestion des déchets, décembre 2008, Bio Intelligence Service.

- BREF document de référence sur les meilleurs techniques disponibles d’incinération des déchets, août 2006, traduction de la version anglaise publiée par la Commission européenne qui seule fait foi.

- Classement 2012 des véhicules particuliers les moins émetteurs de CO2, 5 juin 2012 (mis à jour le 20 juillet 2012), ÉNERGIE, AIR ET CLIMAT.

- Commerces de centre-ville et de proximité et modes non motorisés, non daté, Rapport final Publication ADEME n°4841.

- Communiqué de presse Environnement dans l’UE 27 - 19 mars 2010, Eurostat.

- Couches pour bébé : « écolo dès le berceau », publication 2009, Fiche d’information du Cniid – Centre national d’information indépendante sur les déchets.

- Diagnostic Environnemental Produit « Tee-shirts Running en polyester recyclé et en coton biologique comparés à deux tee-shirts classiques en coton et en polyester», Mars 2009,  étude réalisée par l’entreprise CODDE pour la société Filotextile.

- “Diapers: environmental impacts and life cycle analysis “, 1991, Carl Lehrburger, Jocelyn Mullen, C.V. Jones, report to the National Association of Diaper Services (NADS).

- Document de travail en vue d’une proposition de référentiel sectoriel applicable aux couches-bébés à usage unique, 2010-2011, ADEME-AFNOR.

- Données semi spécifiques proposées dans le cadre de l’élaboration des référentiels textiles V1.2 pour l’affichage environnemental, 2011, Cycleco.

- Ecoinvent reports V2.0.

- Enquête d’usage Hamac® sur 161 répondants entre 2010 et 2011 en France, société Génération Plume.

- «Etude d’une solution alternative à l’utilisation de couches jetables en garderie », 2006, Crawford, J. ; Kan, S. ; Lagarde, I. ; Raynaukt- Desgagne, P.  Longueuil. Québec, Canada.

- Etude interne sur l’utilisation des couches Hamac en crèche, Janvier 2010, Ernst & Young et Génération Plume.

- GfK Retail and Technology, septembre 2008, Conférence GIFAM GEM.

- « Les couches lavables constituent une alternative moderne, écologique et économique aux couches jetables», 2003,Thèse Anne Sophie Ourth, communauté française de Belgique, Faculté universitaire des sciences agronomiques, faculté universitaire des sciences agronomiques de Gembloux.

- « Les couches lavables État des lieux, Enjeux & Pistes pour agir », mai 2011, Document réalisé avec le soutien de l’ADEME.

- Les installations de traitement des ordures ménagères en France résultats, 2010, Rapport ITOM.

- « Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK”, 2005, Environmental Agency et “An updated Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK”, 2008, Environmental Agency.

- Life Cycle Assessment: reusable and disposable nappies in Australia, 2008, Kate O’Brien, Rachel Olive, Yu-Chieh Hsu, Luke Morris, Richard Bell and Nick Kendall.

- Life Cycle Inventories of Waste Treatment Services ecoinvent report No. 13, December 2003, Swiss Centre for Life Cycle Inventories, Dübendorf.

- Projet de référentiel d’évaluation environnementale des textiles d’habillement, Novembre 2010, Version 1, ADEME-AFNOR.

- Rapport ADEME - SOeS, 2011. Dom inclus.

- Rapport S.I.O.M. (91 - Courtaboeuf), 2011,  Syndicat Mixte des Ordures Ménagères de la Vallée de Chevreuse.

- ReCiPe report final, 2007.

- Référentiel textile dans le contexte de l’affichage environnemental des produits de grande consommation, 2012, Groupe GT4H de l’ADEME.

- Time to change? A study of How parents and carers use disposable and reusable nappies, Juillet 2005, Environnement Agency.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] Source : les couches lavables: état des lieux, enjeux et pistes pour agir - Mai 2011

[2]Source : Données Euromonitor

[3]« Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK », Environment

Agency, mai 2005.Cette étude présente les Analyses de Cycle de Vie des couches bébés à usage unique et des couches bébés lavables au Royaume-Uni en 2002-2003.

[4]Source : http://www.nappyeverafter.co.uk/EAR-response.html

[5]Les couches lavables, État des lieux, Enjeux & Pistes pour agir. Document réalisé avec le soutien de l’ADEME.

[6]Source : http://adage.com/article/news/economy-s-latest-casualty-america-s-baby-bottoms/229619/

7 Recommandations générales des fabricants de couches lavables pour éviter la prolifération des bactéries.

[8]Fiche d’information du Cniid – Centre national d’information indépendante sur les déchets - Couches pour bébé : écolo dès le berceau

[9]  Soit sur une semaine : 28 changes en lavable versus 8 changes en jetable soit 22% de jetable (nommé ¼)

[10] Commerces de centre-ville et de proximité et modes non motorisés Rapport final Publication ADEME n°4841

 

[11]Source : http://www.pratique.fr/consommation-eau-choix-robinet-peut-reduire.html

[12]Calcul réalisé à partir des Données de l’ACV britannique rapporté à 5,15 changes par jour

[13]Enquête d’usage Hamac®

[14]Source : GfK Retail and Technology, Conférence GIFAM GEM, Septembre 2008

[15]Source : GfK Retail and Technology, Conférence GIFAM GEM, Septembre 2008

 

[17]Source :Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK-2005

[18]Donnée ADEME tire du référentiel textile

[19]Source : GfK Retail and Technology, Conférence GIFAM GEM, Septembre 2008

20 Source : GfK Retail and Technology, Conférence GIFAM GEM, Septembre 2008

 

 

[21] Source : ADEME et EcoTLC 2009

[22] Source rapport ADEME ITOM 2010

[23] Source : ADEME 2007

[24]Source : Eco-emballages

[25] S.I.O.M. (91 - Courtaboeuf) Syndicat Mixte des Ordures Ménagères de la Vallée de Chevreuse 2011

[26] Sources : rapport ADEME ITOM 2010

 

[27]Source : An updated Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK-2008

[28]Source : Pampers fête ses 30 ans.pdf

[29]Source : Les couches lavables État des lieux, Enjeux & Pistes pour agir. Document réalisé avec le soutien de l’ADEM

[30]/30Source : ITOM les installations de traitement des ordures ménagères en France résultats 2010

 

[32]Source: Source : ADEME - SOeS, 2011. Dom inclus

[33]Source : An updated Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK-2008

[34]Source: Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK-2005 (données Forfar, rapportées à un poids de 727 kg).

[35]Source: Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK-2005 (données Forfar, rapportées à un poids de 727 kg).

[36]Source :Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK-2005

[37] Sac poubelle pour particulier qui ont été pesé

[38] Taux de réutilisation du voile de protection en cas d’urine de 3 (voie jeté systématiquement en cas de selle) avec 70% des parents utilisant le voile de protection.

[39] 4 changes / jour en jetable le week-end (sur 2 jours) soit 8 changes en jetables / semaine : 8*52*2,5 ans = 1040 absorbants

[40] Un carton d’expédition suffit pour la totalité de l’équipement Hamac soit 14 culottes, 25 absorbants et 22 boites de voiles cependant pour les scénarios ¼ ¾ il faut ajouter 3 cartons supplémentaires en moyenne pour les inserts jetables (avec environ 16 cartouches de 20 inserts / carton)

[41]Source : données sous- traitant Génération Plume

[42] Ces données sont calculées à partir des poids des produits Hamac® jetés

[43]470 jours : en considérant que la crèche est fermée 25 jours par an pour les vacances ainsi que tous les week-ends de l’année.

[44] Source ALCIMED

[45] Retour d’expériences Hamac® en crèche et recouvrement poids/taille des produits Hamac®

[46] Un carton d’expédition contenant 45 culottes et 45 inserts lavables et un deuxième carton contenant les voiles / pour le scénario 4 changes / jour, un troisième carton est nécessaire pour les produits supplémentaires.

[47] 2 lavages par jour sur 45 couches et 45 absorbants (en sachant que tous les produits sont lavés une fois par jour) soit pour un lavage on considère 45/2=22,5 couches et 45/2=22,5 absorbants

[48]Source : Les couches lavables État des lieux, Enjeux & Pistes pour agir. Document réalisé avec le soutien de l’ADEME.

[49]Source : An updated lifecycle assessment study for disposable and reusable nappies

[50]Source : An updated Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK-2008

[51]Source :Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK-2005

[52]Source:Life Cycle Assessment of Disposable and Reusable Nappies in the UK-2005

[54] Database for the Life-Cycle Assessment of Procter & Gamble Laundry Detergents Erwan Saouter and Gert van Hoof

[55] Sources : rapport ademe traitement des déchets ITOM 2010

[56] Sources : rapport ademe traitement des déchets ITOM 2010

[57] http://www.lappel.net/pages/doc_tech/perfenergetiq.htm

[58] Incinération BREF 2003

[59] Méthode Bilan carbone de l’Ademe

[60] Ce tableau permet de comparer correctement l’impact des couches jetables et l’impact du scénario couches Hamac® microfibre sur l’ensemble des indicateurs car sur le tableau précédent le scénario couche Hamac® coton-bio était le plus impactant sur deux indicateurs. Il a donc fallu remettre en base 100% le jetable en supprimant le scénario couche Hamac® coton-bio du graphique

[61] 2 lavages par jour pendant 2 ans (470 jours d’ouverture) soit 2*470 = 940 cycles

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez un bon d'achat de 5€.

Je m'inscris
Tenez-vous au courant de nos nouveautés et des offres du moment ! (promis, pas plus d'une newsletter par mois :) ).
Vous recevrez un bon d'achat de 5 euros à valoir sur votre prochaine commande.
Veuillez saisir une adresse mail valide
×
×